La Gazette de la grande ile

Le spectacle reprend

Publié le 11 novembre 2019

La propagande pour les élections municipales commencent et comme toujours le bruit est assourdissant,  la musique est assourdissante et bizarrement alors qu’un groupe mythique avec ses chansons à texte vient de nous rappeler lors d’événements douloureux le poids des textes,  les interpellations à travers leurs chansons,  les visions d’avenir qui datent déjà d’une quarantaine ou trentaine d’années,  une grande partie des électeurs  – qui ne sera pas nombreux  – va continuer à se laisser emporter par le rythme et la musique des artistes qui vendent leur voix et leur talent durant ces élections.  Cachés volontairement  par le bruit, par le spectacle,  par les dons de toutes sortes, le message ou les éventuels messages sont dilués si bien que même le rôle du maire est inconnu des électeurs; si bien que les promesses mirobolantes des candidats dont certaines n’ont rien à voir avec les attributions du maire ne sont pas entendues, l’urgence étant d’apprendre la chanson à l’honneur et de danser sur cet air pendant un certain temps. A chaque élection,  le même cinéma reprend : de la musique, de la générosité, se faufiler dans les quartiers qu’ils visitent trente minutes,  aller boire le café dans les gargotes du coin, aller manger dans les gargotes du coin,  distribuer des produits de première nécessité,  distribuer de la nourriture…bref acheter les voix en profitant de la misère des électeurs à la manière de “panem et circenses”. Pour quelques jours on va “subir” la musique,  ou plutôt on va subir la cacophonie marque de fabrique des élections ici et après beaucoup se rendront compte qu’en fait ce n’est pas ça le rôle d’un maire,  qu’en fait celui pour qui ils ont voté ne peut rien donner de ce qu’il a promis, qu’ils auraient dû aller voter,  qu’ils auraient dû faire plus attention aux conseillers municipaux, qu’une fois de plus…et malheureusement pas la dernière fois ils vont encore regretter amèrement leur choix.  Pour l’heure, pour beaucoup, ce qui importe c’est l’argent et les amusements liés à la propagande qui importent.

Claude Rakelé

Lire aussi