La Gazette de la grande ile

IMAGES dans les MOTS  : Nous nous colonisons entre nous

Publié le 11 novembre 2019

1960, Madagascar n’est plus sous l’administration française et on est entré dans le système républicain depuis. La République est un système qui vise à donner le pouvoir au peuple et à améliorer sa vie quotidienne. Mais également elle cherche ce qui est bien pour l’ensemble de toute la société. Quand les colonisateurs sont partis, ils nous ont laissé ce système pour gérer le pays tout entier. Une République qui a rasé tous systèmes d’administration monarchiques. On pensait que la République allait mettre en place une égalité sociale. On pensait qu’elle ferait régner la vérité et la justice et qu’elle installerait un système qui travaillerait pour le peuple et que ce serait une bonne image de la vraie prise de responsabilité politique qui installerait l’unité nationale. L’indépendance et la République ont été acquises ensemble, c’est alors que le pays était encore comme un bébé qui apprenait à marcher. Depuis on a vu un vocabulaire comme l’Etat républicain, l’égalité, l’unité nationale, la liberté, la justice et la vérité. Les Malgaches ont aussi hérité des habitudes politiques comme les guerres des partis et les guerres de chaises. La distribution de chaises et de pouvoir. Cette dernière est actuellement la vraie image de la politique. On distribue les chaises pour donner les pouvoirs aux « amis ». La République est alors devenue une source d’avantages pour ceux qui ont pu s’acquérir un fauteuil. Les Vazahas sont partis, ils ont été remplacés par des Gasy, mais les avantages et les pouvoirs ne sont pas partis vers l’ensemble des Malgaches car ils ont été volés par ces perroquets qui ont appris la langue des colons. On parle aussi d’idéolectes politiques, économiques et techniques diverses comme la démocratie, le socialisme, le libéralisme, la loi, le droit, la décentralisation, l’Etat de Droit, la bonne gouvernance, l’élection… Puis vinrent après d’autres sigles comme CENI, ONG, FID, OMD, ODD, PND, IEM, PEM, paradis, « fisandratana », « velirano ». Mais est-ce qu’on voit vraiment ce que tout ceci a produit ? La société est infestée de couleurs politiques, religieuses ou encore culturelles et dialectiques. En politique, on voit toujours les divisions ethniques surtout dans les répartitions des chaises. Les Vazahas sont partis et nous, Gasy ou Malagasy ou Malgaches, nous colonisons entre nous. Les étrangers ont pris les terres des Malgaches et les politiciens font de même, les étrangers exportent nos richesses illicitement et les politiciens font de même, les étrangers font fuir l’argent qu’ils ont acquis illicitement ici et les politiciens créent également des comptes dans des banques suisses. Les Vazahas ont des maisons à l’étranger et les politiciens malgaches s’en sont acquis également pour pouvoir s’y exiler quand les choses vont mal. Les politiciens sont devenus des colonisateurs dans leur propre patrie. Patriotisme et politique ne vont pas de pair et il y a une nuance entre Nation et Patrie car la Patrie est devenue uniquement une arène pour la politique.

Riri

Lire aussi