La Gazette de la grande ile

Riz : Madagascar a importé moins cette année

Publié le 04 décembre 2019

Le riz occupe une place prépondérante dans le secteur agricole. 90% des producteurs agricoles à Madagascar sont des riziculteurs. Pour l’ensemble des  modes de  riziculture,  la production globale est évaluée à 4000000 de tonnes sur  une superficie de 1 300 000 ha. Le riz est l’aliment de base  des Malgaches. La plupart des ménages consomment du riz trois fois par jour et la consommation moyenne est de 138 kg/hab/an en milieu rural et 118 kg/hab/an en milieu urbain. Il faut noter que Madagascar importe chaque année de riz, bien que cette denrée soit son alimentation de base. Les productions locales n’arrivent toujours à répondre aux besoins de la population. Selon des études menées par des techniciens, Madagascar a besoin de 210.000 tonnes de plus pour combler cette consommation locale. Le riz blanc disponible à la consommation est de 2,3 millions alors que la consommation annuelle est de 2,5 millions de tonnes. D’où le vide de 210.000 tonnes à combler pour subvenir au besoin de la population. Madagascar a besoin d’importer du riz blanc provenant de plusieurs pays notamment l’Inde, le Pakistan, la Thaïlande, la Chine et le Vietnam. Au cours des mois de septembre et d’octobre 2019, les importations sont évalués à 43 622 tonnes, ce qui représente le tiers du volume importé à la même période un an plut tôt (122 261 tonnes), d’après les données émanant de l’observatoire du riz. Par ailleurs, si l’on totalise le volume de l’importation enregistrée depuis les 10 derniers mois de 2019, soit 319 199 tonnes (contre 524 530 tonnes) ; le pays a importé moins que ce qui a été fait en 2018 (-40%), soit une différente conséquente de 146 352 tonnes. La bonne production rizicole de la campagne 2018-2019 a été le vecteur contribuant à la disponibilité du riz local, qui a conduit ainsi à la réduction de volume de riz importé durant cette année. Bref, normalement la Grande île ne devra pas importer de riz avec le nombre de riziculteurs et les superficies cultivables qu’elle possède. Des stratégies devront être adoptées par les dirigeants.

Nandrianina A

Lire aussi