La Gazette de la grande ile

Valorisation des droits des enfants : La situation reste préoccupante à Madagascar

Publié le 04 décembre 2019

Malgré les efforts conjugués de tous les partenaires et acteurs, les indicateurs nous montrent qu’à Madagascar, la situation de l’enfant reste préoccupante tant pour la santé, l’éducation, la protection et la nutrition. C’est dans ce cadre qu’a eu lieu le lancement de la campagne multimédia pour la promotion des Pratiques familiales Essentielles dénommée « Le Voyage dans la vie d’un enfant », lancée pendant trois jours au Parvis de l’Hôtel de ville à Analakely, mais aussi dans les six arrondissements d’Antananarivo. Cette campagne s’inscrit dans la feuille de route qui soutient l’engagement continu de l’UNICEF à protéger et faire valoir les droits des enfants à Madagascar. Seul 1 sur 4 enfants a reçu les premiers vaccins avant l’âge de 1 an. 1 enfant sur 2 est allaité au sein exclusivement dès sa naissance jusqu’à son sixième mois. Seul 1 sur 5 enfants bénéficie d’une alimentation adéquate pour son développement. A Madagascar, 1 personne sur 4 a un dispositif de lavage des mains selon les normes et 40% de la population défèquent à l’air libre. 1 sur 5 enfants de 6 à 10 ans ne fréquentent pas l’école. 9 sur 10 enfants de 1 à 14 ans subissent une discipline violente de la part des parents ou leurs tuteurs. Et 140 enfants meurent chaque jour à Madagascar avant d’avoir fêter leur 5ème anniversaire. Ces décès sont dûs à des maladies comme la diarrhée, les infections respiratoires, le paludisme et la malnutrition qui peuvent être évitées par des gestes simples. La campagne va donc contribuer à soutenir tous les autres investissements en cours qui concourent à accélérer la réalisation des droits de tous les enfants et à accroître les connaissances des populations sur six Pratiques Familiales Essentielles (PFE), à savoir : l’allaitement exclusif, l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant, la vaccination complète de l’enfant, le lavage des mains et l’utilisation des latrines, le maintien dans le système scolaire, la protection contre les violences faites aux enfants. Il appartient aux parents, communautés, enfants et adolescents eux-mêmes non seulement de mettre en œuvre ces pratiques, mais aussi d’exiger qu’un accès universel, équitable et durable à des services sociaux de qualité puisse les rendre efficaces.

Nandrianina A

Lire aussi