La Gazette de la grande ile

Assainissement des cités universitaires : Les étudiants ont bloqué la circulation à Ambohipo

Publié le 21 décembre 2019

Des grèves ici et là, c’est ce que l’enseignement supérieur à Madagascar fait face actuellement, ce qui reflète aussi l’existence des sérieux problèmes dans le cadre de la gestion du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Mesupres). Hier alors, les étudiants qui habitent les cités universitaires d’Ankatso I et II ont tenu une manifestation suite à la décision du ministère en vue d’assainir le campus universitaire. Ces étudiants sont alors descendus dans les rues d’Ambohipo dès la matinée pour bloquer la circulation, ce qui a entraîné l’intervention des éléments des forces de l’ordre pour les disperser à coup de gaz lacrymogène. De leur côté, les résidents du campus, furieux n’ont pas hésité de répliquer par des jets de pierre, ce qui a duré jusqu’à la fin de l’après midi où nous avons quitté les lieux. Selon les représentants de ces grévistes, ils ne contestent pas l’assainissement prévu par le ministère vu la gabegie qui y règne, seulement ce dernier aurait dû consulter préalablement l’avis des étudiants concerné avant d’y procéder. Cette mesure vise ainsi à expulser des centaines d’étudiants des locaux de l’Université. Ainsi, les fumées du gaz lacrymogène ont envahi hier les quartiers d’Ambohipo, d’Ankatso et d’Ambolokandrina. Les établissements scolaires qui s’y trouvent sont obligés de fermer leurs portes alors que les élèves sont actuellement en plein examen de fin d’année. Par ailleurs, une autre manifestation des étudiants de l’université a également eu lieu à Ankatso, les affrontements avec les forces de l’ordre ont  été assez violents. Pour eux, leur problème concerne l’arrêt trop prolongé des activités pédagogiques à cause de la grève du SECES, il y a aussi le non-paiement des arriérés de bourses d’études. Trois étudiants ont été arrêtés au cours de cette manifestation. Pourtant, tous ces étudiants en grève ne comptent abandonner les revendications tant que le ministère n’arrive pas à résoudre leurs problèmes, et vu les désordres qui se produisent ces derniers temps dans le cadre de l’enseignement supérieur, ils réclament aussi maintenant la démission du ministre de l’enseignement supérieur, Blanche Nirina Richard pour incompétence.

Mampionona D

Lire aussi