La Gazette de la grande ile

Délivrance de  cartes grises : Chantage et lenteur administrative

Publié le 26 décembre 2019

Les délivrances des autorisations, des divers permis et les cartes grises depuis toujours faisaient souffrir le public en général et les professionnels concernés. Les plus frappés par la lenteur administrative aggravée souvent par des extorsions subtiles et très astucieuses sont les exploitations des activités commerciales (ressources halieutiques) et industrielles (minières surtout), ainsi que le secteur du transport. Très souvent les secteurs qui méritent une attention particulière pour apporter des recettes fiscales conséquentes pour le budget de l’Etat sont les plus pénalisés par le biais d’un dysfonctionnement programmé assorti de chantage.

Pas plus tard que la semaine dernière des transporteurs propriétaires se plaignaient de subir les caprices de quelques fonctionnaires chargés de la délivrance des cartes grises. Ils étaient soumis à traitements inacceptables au point se voir obligés de supporter des reculs de la date des remises des documents sollicités alors qu’ils avaient presque tous réunis les conditions et exigences pour obtenir une carte grise tant attendue. Une fois, les responsables se retranchent derrière on ne sait quelle «panne de machine», une autre fois c’est l’attente de la fourniture du «document» pour la confection par on ne sait quel partenaire invisible de l’administration… Semaine après semaine, mois après mois, les utilisateurs ne voient pas toujours la couleur de la carte grise qu’ils attendent avec impatience. Parce qu’en l’absence de document qui permet de justifier qu’ils utilisent des véhicules remplissant toutes les conditions nécessaires, ils sont condamnés à l’immobilisme involontaire. Interrogé sur les raisons d’une telle situation pratiquement illégale qui s’apparente à un refus d’un service prévu par nos lois, une dame qui serait « chef de centre » avait avoué vendredi que confronté à «une panne de machine (une fois de plus), le service de la délivrance des cartes grises n’avait pas pu donner satisfaction et qu’aujourd’hui lundi nécessaire sera fait pour donner satisfaction à ceux qui se plaignent» de leur carence évidente. Aux yeux de bon nombre de transporteurs victimes de cette mauvaise manière de servir le public, il s’agit là d’un des nombreux prétextes utilisés pour faire traîner l’obtention de leur carte avec le souhait non avoué d’inciter le solliciteur à «déposer un petit quelque chose » la fameuse et presque traditionnelle formule «mametraha kely…» Le comble dans une pareille réalité c’est que les transporteurs auparavant étaient déjà obligés de supporter les tarifications de complaisances pour les paiements des droits exigés qui n’ont rien de conforme avec les taux prévus par les textes, dont l’application se fait «suivant la gueule du client… » Seules des investigations et des contrôles discrets pourraient détecter ces véritables maîtres chanteurs qui profitent de leur autorité et de leur signature pour se mettre plein les poches et les sacoches. A propos, quelques malheureux exploitants miniers avaient cru bien faire et ont accepté de payer une forte somme à une haute personnalité du Ministère des Mines et des Ressources Stratégiques qui avait exigé et reçu d’eux une très forte somme pour pouvoir continuer leurs activités malgré des mesures de sanction prises contre eux. Mauvaise idée…Pas du tout complice, la Police des Mines s’en mêle et les Chinois en question sont conduits devant le Procureur d’Antseranana. Alors qu’avant de se trouver en prison, après paiement de ladite somme, ils avaient encore posé fièrement pour une photo souvenir avec le ministre Fidiniavo Ravokatra en personne dans le bureau même de ce dernier. C’est pour vous dire que dans plusieurs secteurs de la vie publique, les pratiques condamnables existent toujours pour le plus grand bonheur de quelques décideurs sans vergogne.

  1. Zafilahy

Lire aussi