La Gazette de la grande ile

Rémunération des fonctionnaires : Augmentation positive, mais insuffisante

Publié le 06 janvier 2020

Le Président Andry Rajoelina a tenu l’une de ses promesses de campagne en augmentant de 13% la rémunération des fonctionnaires. Ceux-ci ont accueilli avec satisfaction cette hausse conséquente sans précédent qui constitue une bouffée d’oxygène pour leur budget familial, même s’ils auraient souhaité une augmentation plus généreuse. Pour rappel, le précédent régime n’est jamais allé au-delà de 8%. Selon certains observateurs, pessimistes ou lucides, ce relèvement du niveau du traitement des fonctionnaires va conduire à une hausse du taux de l’inflation, puisque les commerçants vont relever leurs tarifs. C’est possible, mais ce point de vue n’apporte pas de solution constructive. L’amélioration du niveau de vie des fonctionnaires passe en partie, par un meilleur accès au crédit bancaire. En théorie, tous les fonctionnaires peuvent emprunter une somme d’argent auprès de la banque primaire où ils reçoivent leur solde par virement mensuel. La sécurité de l’emploi liée au statut du fonctionnaire constitue une garantie pour la banque. Dans la pratique, le montant auquel le fonctionnaire peut prétendre est faible, la durée maximale de l’emprunt est courte et, par-dessus tout, le taux d’emprunt est beaucoup trop élevé, à la limite de l’usure. Lorsque les banques primaires empruntent entre 9% et 10% à la Banque Centrale de Madagascar pour ensuite prêter aux ménages à 13%, 15% ou 17%, cela s’appelle du vol autorisé. Dans ces conditions, le fonctionnaire moyen a des difficultés pour honorer ses échéances de remboursement. L’Etat n’a pas le droit d’imposer aux banques primaires de prêter à un taux inférieur ou égal au taux directeur auquel elles empruntent auprès de la Banque Centrale de Madagascar. Il faut bien que les banques primaires continuent à s’engraisser et à abuser de leur position dominante. Par contre, l’Etat pourrait mettre en place des prêts à taux bonifié pour les fonctionnaires. A travers ce type de prêt (qui est subventionné par l’Etat et qui complète un prêt principal) l’emprunteur bénéficie en toute légalité d’un taux d’inférieur à celui offert par le marché. Cela se fait dans de nombreux pays. Cette solution permettra aux fonctionnaires d’emprunter davantage à un taux d’intérêt moindre. Nombreux sont ceux qui renoncent à acheter un terrain, une maison ou un appareil électroménager, en raison d’un coût du crédit bancaire trop cher. Le prêt à taux bonifié est à expérimenter en ce qu’il favorisera la consommation intérieure et donc la croissance économique.

Phil de Fer et PN

Lire aussi