La Gazette de la grande ile

Police de la route : fin de la corruption ?

Publié le 16 janvier 2020

Retour de la police de la route. « Les agents qui effectuent désormais les tâches de la police de la route ont été personnellement choisis par leur chef de service. Ils ont également bénéficié de formation dans ce sens », explique le commissaire divisionnaire de police Albert Ainanirina, directeur de cabinet de la Sécurité publique. Avant de souligner que le choix de ces agents est posé sur le respect de l’éthique. Serait-ce pour autant l’annonce de la fin de la corruption au niveau de la police de la route? Cela semble peu probable, sachant que c’est carrément une culture tant pour les agents qui considèrent les pots-de-vin comme complément de revenus que pour les usagers de la route qui cherchent à éviter des sanctions plus lourdes. Les usagers se posent aussi des questions quant à cette reprise. Le directeur de cabinet de la Sécurité publique d’expliquer : « Fin décembre 2019 lors d’une rencontre avec le Premier ministre, on a passé en revue les causes des embouteillages dans la capitale. Parmi elles, on a distingué la gabegie et le non-respect du code de la route. Le Premier ministre a donc ordonné la reprise de la police de la route. Toutefois, il a également insisté sur la lutte contre la corruption. ».

A.N.

Lire aussi