La Gazette de la grande ile

Eléctions communales partielles dans 4 mois : La nomination de PDS serait inévitable pour l’éxecutif

Publié le 16 janvier 2020

Après la proclamation des résultats officiels des précedentes élections communales et municipales par les tribunaux administratifs, de nouveaux maires entreront bientôt en fonction dans des milliers de communes répartis dans les six provinces. Mais il existe aussi une vingtaine de communes qui sont exclues de ce changement pour un certain délai. Il s’agit de celles dans lesquelles les élections en question ont été annulées pour diverses raisons. Il y a aussi celles qui n’ont pas eu de candidats, et donc pas d’élections. Elles sont au nombre de 24. En principe, des élections partielles devront avoir lieu dans 4 mois à compter du jour de la proclamation des résultats officiels, la semaine dernière. En attendant, si aucune mesure ne sera prise, un vide institutionnel est à craindre. L’éxecutif serait amené à la nomination des présidents de la délegation spéciale (PDS) pour ces 24 communes, un dispositif transitoire qui a pour objet d’assurer la continuité des services au sein des administrations. Les PDS qui vont être installés d’ici peu se chargeront de la passation des affaires courantes en attendant leurs successeurs à l’issue des nouveaux processus électoraux qui débuteront dans 4 mois. A préciser que seule la province d’Antsiranana n’est pas concernée par ces nouvelles életions communales et municipales partielles. Par ailleurs, les passations de service entre les nouveaux maires et les maires sortants se dérouleront peu à peu dans toutes les communes, celle au sein de la commune urbaine d’Antananarivo (CUA), entre Naina Andriantsitohaina et Lalao Ravalomanana se tiendra ce jour au Parvis de l’Hôtel de ville à Analakely.

Mampionona D

Lire aussi