La Gazette de la grande ile

Bas Mangoky remis aux Arabes : qu’on rende public l’accord !

Publié le 29 janvier 2020

Si l’indépendance de Madagascar avait atteint un siècle, les Arabes se seraient vus gratifier 100 000 ha de terrain car dans son communiqué officiel du 16 janvier 2020, le ministre de l’Agriculture avait bien spécifié qu’à l’occasion du 60ème anniversaire de l’indépendance, un terrain de 60 000 hectares sera exploité par des Arabes.

L’exemple venant d’en haut, lui aussi semble être touché par la phobie des chiffres : 13 % d’augmentation des salaires des fonctionnaires par le candidat n°13 à la présidentielle, le lancement du reboisement le 19 janvier en souvenir de l’investiture du chef de l’Etat, 60 millions de jeunes plants à mettre en terre on ne sait où car c’est le 60ème anniversaire de l’indépendance, la même excuse est prise pour annoncer la superficie de 60 000 ha. Ce qui suppose qu’il n’y eut aucune étude préalable d’autant plus que cette région fait l’objet d’immenses travaux de réhabilitation et d’extension financés par la Banque mondiale et le groupe de la Banque Africaine de Développement. La question que de nombreux techniciens et financiers se posent d’ailleurs est de savoir si les 60 000 ha sont des terrains vierges restant à aménager ou faisant partie des terrains aménagés par les bailleurs de fonds.

La question se pose car si les Arabes vont exploiter des terrains aménagés, ce serait au détriment des petits paysans malgaches pour qui l’Etat malgache s’est endettés auprès de la Banque mondiale et de la BAD, des dettes que les générations futures doivent supporter. Dès lors, on ne s’étonne plus qu’une partie de plus en plus grandissante de la population, exige qu’on rende public le mémorandum d’accord qu’on a signé avec les Arabes.

Lors de la présentation des vœux de la presse, le Président Rajoelina a assuré que ce contrat n’ a rien à voir avec le projet de vente d’un million d’ha par Daewoo en 2009. Mais le député persiste après le constat flagrant du discours prononcé durant la propagande et les réalités. La confiance envers le régime se dégrade de jour en jour car les services de communication de la présidence et sa kyrielle d’amazones ne font pratiquement rien pour éclairer l’opinion, laissant le Président esseulé face à l’incompréhension qui risque très vite de se transformer en colère.

Au nom de la transparence que s’était juré Andry Rajoelina et pour rétablir cette confiance, il est impérieux de publier la teneur de l’accord avec obligatoirement carte des 60 000 ha et les conditions de cession du terrain devenu inaccessible aux Malgaches car la durée du contrat est de 30 ans.

Si les Arabes n’achètent pas le terrain ni le louent, alors l’accord porterait sur un partenariat malgacho-arabe, l’apport de Madagascar étant les 60 000 ha qui doivent être valorisé et représenté dans le capital sinon l’accord est bancal.

Enfin, il faut qu’on sache à combien exactement l’Etat malgache va acheter les produits. A 10, 20 ou 30% moins chers que les prix en cours sur le marché international. Dans ce cas, pourquoi restreindre les importations car aucun importateur ne viendrait acheter ailleurs le riz ou le soja si les prix sont compétitifs sur place ?

En tout cas, ces exigences ne touchent en rien le sérieux de la société d’Abou  Dhabi Elite Agro LLC.  Les spécialités que la société affiche sur son site web dont les amégements et les irrigations nous amènent d’ailleurs à se demander si on ne devrait pas les placer dans les zones oubliées des bailleurs de fonds traditionnels. En attendant, qu’on montre en détail ce qui a été convenu avec eux.

Sa

Lire aussi