La Gazette de la grande ile

CHRONIQUE DE N. RAZAFILAHY / L’Education Nationale : premiers pas à risques

Publié le 11 février 2020

Pour les prises  de  contact  avec leur  département  respectif, les  attitudes  des ministres  varient et  bien sûr  ne  se  ressemblent pas. Celle qui  a  fait beaucoup  de  bruit, a  eu lieu lors de la rencontre d’Andriamanana Josoa Iarisambatra Rijasoa durant la passation  service  avec la ministre  sortante. Les médias ont  fait  une large  diffusion du discours presque  véhément  de  celle-ci. S’adressant à l’assistance,  pour marquer  sa  détermination d’appliquer  beaucoup  plus  de  rigueur  dans le respect de la  manière de servir de  tous les  fonctionnaires  de  son  département,  elle a eu  des mots  très durs  qui  ont  été  très mal perçus par  le personnel. Aux  oreilles de l’assistance, même  si  elle  a  voulu  s’en  prendre  et mettre  en  garde aux  tire-aux-flancs  et les  canards  boiteux , la  ministre Rijasoa  semble s’être trompé  et  de  «rija-teny »  en mettant  dans le même  sac une minorité de mauvais des serviteurs  de l’Etat blâmables  dans l’exercice de leurs  fonctions. Il est indéniable qu’il existe d’un bout à  l’autre de l’administration qu’elle va  diriger maintenant  des  nostalgiques de la mentalité du favoritisme et  du laisser-aller  style HVM…

Il n’y a rien de mal à vouloir secouer un peu le ronron quotidien de la lenteur administrative, mais de là à soumettre à un changement radical et rapide tous les bureaucrates du ministère avec mutation massive vers le niveau base de la profession d’enseignement, c’est vraiment méconnaître les réalités de son pays. Ce n’est pas parce qu’elle a été moulée sur le modèle du Nouveau Monde que pour autant, il faut appliquer le spoils system à des agents de l’Etat qui n’ont qu’une expérience théorique des fonctions pédagogiques à l’échelon village et même District. On ne s’improvise pas enseignant parce qu’au niveau ministériel il a été décidé ainsi. Pour les fonctionnaires de l’Enseignement en général et de la diffusion du savoir en particulier à tous les niveaux des hiérarchies et des circonscriptions, malgré toute l’autorité et le pouvoir discrétionnaire dont elle dispose, la ministre de l’Education Nationale et de l’Enseignement Technique et Professionnel nouvellement nommé et qui débarque juste au pays depuis moins d’un an ne peut pas prétendre mettre en marche le mécanisme approprié pour la bonne marche des services à sa disposition. Elle a beau avoir été familiarisée avec les attributions et pratiques administratives de la Primature avant de débarquer à Anosy. Une telle acclimatation (en position d’attente) à Mahazoarivo même en prévision d’une nomination programmée, n’aurait pas pour autant suffisamment permis d’obtenir une capacité d’approche pour tout chambouler comme elle est en train de commencer. Elle risque même de se trouver confrontée à des réticences non exprimées, voire même à un respect scrupuleux de toutes les procédures et directives par des fonctionnaires, conduisant à la paralysie du service(rien que pour faire plaisir à la bande à Rajao). De l’humble avis des observateurs que certains pourraient traiter de prophètes de mauvaises augures, pendant qu’il est encore temps, la ministre devra verser beaucoup d’eau dans le vin nouveau des compétences acquises ailleurs. Elle n’a pas tort de déplorer qu’avec l’ «ancienne méthode, nous n’allons jamais avancer. Ce n’est pas vraiment le contenu qui est mauvais, mais c’est la pratique qui n’est pas au point. » Il faut vraiment être un âne pour affirmer que le système « mora mora » sera la solution idéale. Mais si pour augmenter le taux de scolarisation et l’amélioration de la qualité de l’éducation, pour passer à la vitesse TGV, il faut faire très attention sinon l’attelage risque de dérailler. Surtout l’équipage est composé en majorité d’un personnel atteint de SIDA(Salaire Insuffisant Depuis des Années) et qu’aussi on connaît mal le terrain, la géographie du pays et qu’on oublie qu’avec un excès de zèle de débutant, il ne faut pas confondre «vitesse et précipitation ».

 

Lire aussi