La Gazette de la grande ile

Fleury  Rakotomalala : 5 ans de prison  ferme

Publié le 12 février 2020

Depuis  tout le  temps  qu’il  narguait les  juridictions  de ce pays parce  qu’il se croyait à l’abri des  rigueurs  de la  loi, personne  n’avait pu s’imaginer  qu’un  jour une  cour  de  justice aurait pu  prononcer  une  sentence à l’encontre de  Fleury Rakotomalala. Surprise… A un moment où personne  ne  croyait qu’une pareille éventualité aurait pu  avoir  lieu, voila  que nous  apprenons  de la manière la plus officielle  qu’à partir du  «dossier 307RP/19 » pour (escroquerie, usurpation de fonction, faux et usage de faux) l’individu est  condamné  en Cour  Correctionnelle à  «5ans de prison ferme  avec mandat d’arrêt  décerné   à l’audience  assorti  de 220.000.0000 d’Ariary  de  dommages  et intérêts ».  Son  épouse  écope d’une condamnation  de  «3ans sursis » pour Rasolomanana  Kezia (l’épouse de l’intéressé). Une  autre  condamnation  a  été prononcée à l’encontre  du  dénommé Fleury Rakoto-

malala toujours à propos  du  dossier  «dossier 1525RP/19 (pour dénonciation abusive avec diffamation publique.) La  condamnation  est  également de «5ans de prison ferme avec mandat d’Arrêt  à l’audience, plus 20000000  Ariary de DI… »

Certains lecteurs  se  demandent sûrement à partir de  quelles  inculpations  les juges  ont pris  ces  décisions ? D’autres vont même  jusqu’à croire  qu’il  s’agirait en tout  et pour tout que les  juridictions  ont  été instrumentalisées pour sortir  des verdicts pareils… Or pour les personnes généralement  bien  informées en  tout  cas depuis une période de moins  de  quatre  ans, le nommé Rakotomalala Fleury  s’est permis d’abuser de la bonne  foi de ses partenaires en  affaires au point  de porter préjudice à  ces opérateurs  économiques. Et pour empêcher  ces  personnes  lésées de le dénoncer, il  a  trouvé les moyens  de harceler  ces victimes par le  Net interposé, par le  chantage  et  l’intimidation dans  des  émissions médiatiques par  le biais  de réseaux  sociaux.  Jour  après  jour, le  nommé  Fleury Rakotomalala n’arrête pas d’insulter  des personnalités de la  société civile. Histoire de faire  comprendre à  ces personnalités qu’ils ont  intérêt à taire les  activités illicites du personnage. A noter que  depuis les  années 90 jusqu’à la  chute de Rajao, le  Fleury  en  question  a toujours réussi à s’incruster  dans les coulisses  du pouvoir,  jusqu’ au jour un certain  José Kely  avait  opposé  son  veto pour  que ce  douteux personnage ne fasse pas  partie du  staff du Premier ministre  Jean Ravelonarivo… C’est pour  vous  dire à quel point l’individu était méprisable, voire même pas  fréquentable. Et pour cause, sa mauvaise réputation  d’affairiste tordu était  trop  connu…Mais il y a plus  grave, à partit de la  région parisienne Fleury  se permettait  d’insulter et  de  traiter  de  tous les  noms Andry  Rajoelina  en personne au point  de  se livrer à  ce  que  les juristes considèrent comme des «outrages  à un  Chef d’Etat »… Les réseaux  sociaux portent encore  et  toujours les  traces  et les  empreintes des prouesses malveillantes d’un individu auteur « d’actes  et  manœuvres » punissables par les  lois de  ce pays aggravés par des incitations répétées à la  révolte au service de l’étranger qui supporte financièrement ses «actions de déstabilisation ». L’objectif,  dans  un premier temps  serait  de «dresser une partie de la  population  contre  l’autre… » en favorisant la  haine et la  zizanie politicienne sous la  houlette d’un Marc Ravalomanana  revanchard et de Hery Rajaonarimam-

pianina obsédé par un retour au pouvoir.  Heureusement pour tous, la  Gendarmerie Nationale  a  fait  preuve  d’efficacité. L’un  des  agents de ces opérations de déstabilisation  a  été  repéré.  Le nommé  Ravonjiarison Cousin Germain,  domicilié au lot  CF 151 bis  ter Ambondiafontsy  devra  se  présenter  aux  bureaux  de la Gendarmerie  Nationale pour  donner des explications  sur  ses agissements  suspects. Il a « le  droit  de se  taire » parce  que  ce qu’il  dira pourrait  être  retenus  contre lui… et  surtout les  commanditaires  d’un véritable complot  en gestation.

N. Razafilahy

Lire aussi