La Gazette de la grande ile

CAF : 24 millions de dollars pillés par Ahmad et son équipe

Publié le 12 février 2020

Le rapport de l’audit effectué par le cabinet PWC sur la gestion de la CAF aurait révélé un impressionnant pillage des réserves laissées par l’ancien président de la CAF Issa Hayatou.

Les éléments contenus dans le rapport de l’audit effectué par le cabinet PWC sur  la gestion d’Ahmad et son comité exécutif à la tête de la CAF, commencent à fuiter. Selon les révélations du site fifacolonialism.com, cette opération aurait permis de découvrir à quelle vitesse Ahmad et son cercle fermé ont pillé les réserves de fonds laissées par son prédécesseur, le camerounais Issa Hayatou. L’audit, selon le site qui s’est donné la mission d’analyser la gouvernance dans le monde du football, aurait permis de découvrir un gouffre de 24 millions de dollars, l’équivalent de 88 800 000 000 d’ariary non justifiés. Ahmad et ses acolytes auraient détruit tous les documents pouvant permettre de retrouver les traces de cet argent.

En plus des indemnités  de 20 000 dollars, l’équivalent de 74 millions d’ariary annuels versées illégalement à chaque président de fédérations, la CAF serait même allée jusqu’à financer les activités personnelles de certains membres du Comité exécutif. L’on cite par exemple le  mariage de la fille du premier vice-président de la CAF, Constant Omari tenu vers le 18 mai 2019. A cette occasion, la CAF aurait accordé à Omari une énorme somme d’argent sous la forme d’une indemnité forfaitaire, alors qu’aucun règlement de la CAF ne le permet. Comme si cela ne suffisait pas, Ahmad le président de la CAF aurait conduit à cet événement personnel, une délégation de 7 membres du Comité exécutif en plus d’autres participants dont l’ancien lion indomptable Samuel Eto’o, tous les frais étant payés par l’instance.

D’autres fonds auraient  été illégalement consommés à la demande de l’homme fort égyptien Hany Aborida qui aurait organisé une réception somptueuse en mai 2017 avant le Congrès de la FIFA à Bahreïn, apparemment pour soudoyer les présidents de fédération afin qu’ils votent pour lui au Conseil de la FIFA. Les fonds auraient été utilisés pour payer la réception, le dîner sur un bateau de croisière et un voyage en jet privé du Caire à Manama. Il serait également reproché à  la CAF d’avoir abusivement commandé des jets privés au nom d’Ahmad. Entre autres pour se rendre à l’investiture de Georges Weah au Libéria, pour aller rencontrer le président Paul Biya au Cameroun en octobre 2018, pour un voyage sans but (qui n’avait pas d’agenda) à Juba, ou plus récemment pour aller du Caire à Layoune au Sahara occidental, où le Maroc a organisé le tournoi de futsal de la CAN. Fifacolonialism évoque également « le voyage d’Ahmad Ahmad en France pour assister au Forum Choisel en compagnie de Samuel Eto’o et Fatma Samoura, ainsi que son vol de Paris à Madagascar immédiatement après avoir été arrêté par les autorités françaises à Paris pour des allégations de corruption et de harcèlement sexuel. » D’autres dépenses irrationnelles concernent le financement du pèlerinage à la Mecque de plusieurs présidents de fédération de confession musulmane.

Infantino prend ses distances ( ?)

Autre révélation,  le marocain Faouzi Lekjaa,  2e vice-président de la CAF, et également président de la Commission des Finances de la CAF, après avoir assisté aux funérailles du joueur Mohammed Ahitarin le 10 octobre 2019, se serait fait rembourser par la CAF, et en espèces, les frais de sa participation personnelle et l’argent qu’il aurait remis à la famille du joueur, sans fournir aucun document officiel à ce sujet. « Certaines des dépenses les plus flagrantes comprennent l’achat d’un appartement et d’une Bentley de luxe pour Ahmad au Maroc, tous deux fournis par ou via le Marocain Said Naciri », révèle fifacolonialism. « Sur les réserves de trésorerie de 135 millions de dollars laissées par l’ancien président des FAC, le Dr Issa Hayatou, ajoute le journal, l’institution n’a que 58 millions de dollars dans le compte. »

C’est donc dire que les irrégularités trouvées par les auditeurs de PWC seraient d’une extrême gravité. Même les dernières sorties du président de la FIFA, Giani Infantino sur la gestion du football africain donnent l’impression que beaucoup de pratiques horribles auraient été débusquées lors du séjour de Fatma Samoura, SG de la FIFA désignée déléguée générale de la FIFA auprès de la CAF entre août 2019 et janvier 2020.

«  L’argent de la FIFA sert à développer le football dans le continent et non le mettre dans les poches des dirigeants », a indiqué le patron du football mondial devant les journalistes sportifs venu au 83ème congrès de l’Association Internationale de la Presse Sportive (AIPS). La détermination de Fatma Samoura à verrouiller les décaissements à la CAF durant  lui aurait valu la décision du Comité exécutif de l’instance de mettre fin à son séjour en Afrique, le week-end surpassé.  « J’espère que le président de la CAF  a réalisé que je vais être sévère contre la corruption ». A tout de même rappelé Infantino.

Recueillis par F.A.R

Lire aussi