La Gazette de la grande ile

Courrier des lecteurs : Subtile mise à l’écart de Hajo Andrianainarivelo

Publié le 20 février 2020

Lectrice assidue de votre quotidien, dont les idées dérangeantes sont toujours empreintes de vérité, je vous prierai de bien vouloir publier mon article qui offre un éclairage nouveau sur la conjoncture politique.

Juste après le dernier remaniement ministériel, on a beaucoup glosé sur les ministres limogés et les nouveaux entrants. On a oublié de commenter le principal changement de fond. En effet, avant le remaniement, Hajo Andrianainarivelo était ministre de l’Aménagement du Territoire, de l’Habitat et des Travaux Publics (MATHTP). A la suite du remaniement, ce grand ministère a été scindé en deux. Hajo Andrianainarivelo est désormais ministre de l’Aménagement du Territoire et des Travaux Publics tandis que Zasy Angelo devient vice-ministre en charge des Villes Nouvelles et de l’Habitat. Cette restructuration est intéressante pour au moins trois raisons. En premier lieu, d’après certains observateurs, la scission du ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Habitat et des Travaux Publics résulte de l’incapacité flagrante de Hajo Andrianainarivelo à gérer de façon optimale ce super-ministère, même s’il connaît la maison pour avoir été aux commandes pendant la Transition.

Selon d’autres avis, ce partage en deux exprime une perte manifeste de pouvoir de Hajo Andrianainarivelo. Sa suprématie sur ce ministère s’est fissurée sans doute pour des motifs politiques sous couvert de raisons pratiques. S’agirait-il d’un début de désaveu d’un compagnon de route qui cultive des ambitions présidentielles ? Cette mise à l’écart ne serait-elle pas une manière subtile de réduire la longévité injustifiée de Hajo Andrianainarivelo à la tête de ce ministère, au regard de ses maigres résultats ? Il faut retenir que si la Constitution interdit au Chef de l’Etat d’être élu à vie, l’éthique politique ne tolère pas qu’un ministre soit inamovible à son poste. En second lieu, certains observateurs n’ont pas manqué de remarquer que Zasy Angelo ne porte pas le titre de ministre mais celui de vice-ministre. Dans le rang protocolaire, il passe après les ministres et avant le secrétaire d’état à la gendarmerie. Il est donc dans une position légèrement inférieure par rapport à Hajo Andrianainarivelo qui ne perd pas totalement la main. On peut y voir une forme regrettable de discrimination fondée sur l’origine. En troisième lieu, il convient de positiver la création du poste de vice-ministre des Villes Nouvelles et de l’Habitat. Cette initiative démontre que le régime veut réellement passer à la vitesse supérieure en ce qui concerne le développement de nouvelles villes et l’amélioration de l’habitat. Si les moyens sont au rendez-vous, la mise en place de ce nouveau ministère devrait favoriser la concrétisation des promesses présidentielles et répondre aux aspirations de la population.

  1. Rabekoriana (Fianarantsoa)

Lire aussi