La Gazette de la grande ile

Complot entre le Ministère des Mines et les Chinois : Exploitation illégale à grande échelle à Andranganala

Publié le 27 février 2020

Une exploitation à ciel ouvert et à grande échelle se déroule actuellement à Andranganala dans la zone de KRAOMA à Briéville. Le chantier est là depuis des semaines et exploite de l’Or, de la Colombite, du Béryl et d’autres ressources minières existant dans cette zone. Le chantier utilise des engins de gros calibre comme des foreuses, des pelleteuses, des tracteurs, des camions de transport et plusieurs dizaines d’hommes. La population s’étonne de l’existence d’un tel chantier dans leur voisinage, car apparemment aucune procédure n’a été suivie avant la mise en place de ce chantier d’exploitation à grande échelle.

L’entreprise d’exploitation appartient aux Chinois. Pour exploiter, ils ont construit un barrage sur la source d’eau potable du village d’Androfia dont la population est désormais obligée de boire le reste d’eau polluée par les produits chimiques que le chantier rejette. Aussi, la population se demande si cette entreprise possède un permis environnemental. Quelles sont les ententes avec la KRAOMA ? L’entreprise n’a fait aucune action sociale pour le village hôte comme cela est stipulé dans la loi. Aucune consultation publique n’a également été faite. Cette entreprise qui exploite à grande échelle est comme un fantôme juridiquement, mais que tout le monde voit. Elle est là à exploiter la richesse de Madagascar sans rendre de compte à personne. On ne sait pas où vont les ressources exploitées, on ne sait pas quelles quantités de ressources ils exportent et vers où ? Ce chantier a débarqué miraculeusement et a passé tous les tests du Ministère sans même que la population ne soit mis au courant. Cela mérite une explication de la part du Ministre des Mines et des Ressources Stratégiques, Fidiniavo Ravokatra. Il a également des comptes à rendre aux populations avoisinantes ce chantier qui subissent directement les conséquences de l’exploitation. L’eau est polluée, la terre devient stérile,  l’entreprise ne contribue aucunement à l’amélioration du quotidien de la population qu’elle gêne avec les bruits des engins et détruit avec le changement qu’elle apporte en matière de circulation.  En effet, le va-et-vient des camions présente d’énormes risques d’accidents à la population habituée à la vie paisible de la campagne. Quelle ristourne paie-t-elle également vu qu’elle exploite dans une zone du KRAOMA ? Le Ministère des mines serait-il en train de vendre ces ressources aux Chinois qui sont réputés pour leur énorme capacité de destruction dès qu’ils débarquent dans un pays et soudoient les dirigeants ?

Lire aussi