La Gazette de la grande ile

Secteur informel : Le taxi-moto gagne du terrain dans la capitale

Publié le 04 mars 2020

Malgré les efforts déployés par les actuels dirigeants de la commune urbaine d’Antananarivo (CUA), depuis leur entrée en fonction, pour assainir la capitale, le secteur informel arrive toujours à affirmer son existence. Particulièrement dans le domaine du transport, la gabegie prend actuellement de l’ampleur. Il s’agit des motocyclistes qui offrent le service de « taxi-moto », ils envahissent maintenant presque toutes les ruelles de la ville d’Antananarivo et stationnent à chaque coin de rue. Cette activité pourtant illégale commence à gagner du terrain, ces motards ne sont pas autorisés par les autorités compétentes telles que la CUA ou encore l’agence des transports terrestres (ATT)… à monnayer ce service de transport. Ils opèrent ainsi en toute clandestinité, ce qui fait développer le secteur informel dans la capitale en plus des marchands ambulants qui demeurent un véritable casse-tête pour la CUA. Tenant compte des innombrables accidents de circulation dont les scootéristes sont les principales victimes, les responsables concernés devraient prendre des mesures adéquates à leur encontre quoique leur service est parfois utile pour ceux qui en ont besoin. Pour une simple course, le tarif s’élève à partir de 2 000 Ariary et ils arrivent à faire plus de 15 courses en une journée.

Mampionona D

Lire aussi