La Gazette de la grande ile

Développement durable : Le rêve en couleur !

Publié le 04 mars 2020

Madagascar figure parmi les pays les moins avancés du monde, malgré les richesses considérables à sa disposition. Le développement durable reste un rêve inaccessible pour le pays, en raison de la mauvaise gouvernance qui y prévaut. Il faut dire que les dirigeants ne pensent qu’à se remplir les poches à l’insu du peuple. Cela a toujours été le cas et cela ne changera pas de sitôt, même si on voit quelque volonté à vouloir changer les choses. Le plus triste c’est que la corruption élevée qui règne dans le pays fait de l’ombre à cette volonté, raison pour laquelle il est difficile pour le pays d’aller vers le développement durable. La notion de développement durable connaît une certaine popularité dans les pays sous-développés comme la Grande Ile. Il s’agit d’un rêve en couleur qu’on présente à chaque occasion, mais il s’avère que l’objectif d’aller vers le développement durable reste difficile à atteindre. Comment peut-on espérer aller vers le changement alors qu’on est incapable de lutter efficacement contre le fléau qu’est la corruption ? Et oui, la Grande Ile est loin d’être un modèle en termes de lutte contre la corruption. Il n’y a qu’à observer ses mauvaises performances dans les différents classements comme l’Indice de Perception de Corruption (IPC) de Transparency International où Madagascar figure toujours dans les derniers rangs. Il faut dire que le fléau prend de l’ampleur avec le temps d’autant plus que le pays ne manque pas de corrompus. Le régime actuel a montré une certaine volonté à combattre la corruption à ses débuts avec l’arrestation de Mbolah Rajaonah et Eddy Maminirina, mais ce ne fut qu’un coup de théâtre classé par un grand nombre de personnes comme règlement de compte politique. Personne ne peut nier le fait que la corruption continue de régner en maître sur le territoire malgache car les actions visant la lutte contre la corruption se sont limitées aux camps adverses, les autres continuent de répandre le fléau comme à leur habitude faisant entrave au développement du pays. Mise à part la corruption, la situation de dépendance du pays envers les aides étrangères n’est pas pour arranger notre situation économique. La preuve, les aides qu’on a reçues jusqu’à ce jour ne sont pas des moindres, mais a-t-on jamais vu le moindre impact sur le quotidien de la population malgache qui attend désespérément la réalisation du rêve en couleur que les politiciens leur vendent à chaque élection qui se présente ?

Jean Riana

Lire aussi