La Gazette de la grande ile

Edito : Pauvreté, corruption et insécurité en progression rapide !

Publié le 11 mars 2020

La pauvreté est plus qu’évidente à Madagascar. Personne ne peut nier cette évidence, même si on daigne vouloir faire croire le contraire. On aspire aller vers l’émergence, mais il est clair que les seules choses émergentes à l’heure actuelle sont la pauvreté, la corruption et l’insécurité. Et oui, ces phénomènes ne cessent de prendre de l’ampleur alors que c’est le résultat inverse qu’on voudrait avoir. Le peuple malgache aspire à un changement qui puisse impacter positivement sur le quotidien de chacun.

Tout ce qu’on constate jusqu’à présent c’est la progression rapide des phénomènes qu’on peut classer néfaste pour le pays. Personne n’est sans savoir que la corruption et l’insécurité constituent des blocages majeurs pour le développement. Raison d’ailleurs pour laquelle la lutte contre ces dits fléaux figurent parmi les priorités des priorités. Hélas, la lutte est encore loin d’être au point dans la Grande Ile. La preuve, l’insécurité tout comme la corruption se trouvent toujours être des réalités ancrées dans le quotidien des Malgaches. Lesdits fléaux demeurent difficiles à abattre surtout avec la mauvaise gouvernance qui a prévalu dans le pays depuis toujours. Il faut dire qu’on ne se débarrasse pas aussi facilement des mauvaises habitudes, surtout qu’à Madagascar seules les têtes changent, mais les pratiques restent les mêmes. Le régime actuel se veut se démarquer des autres auparavant avec des projets qui font rêver, mais avec des membres quelque peu panachés et non uniformes, ce qui fait que la réalisation des projets présidentiels en vue de l’émergence de Madagascar risquent d’être assez difficile à réaliser surtout avec des dirigeants à la traîne comme Christian Ramarolahy, Joël Andriamandranto… dont les compétences laissent à désirer. Prenons le cas de Christian Ramarolahy qui n’est là que pour faire le beau surtout qu’il est dans l’incapacité de trouver des solutions pérennes face aux problèmes de délestage qui fait jaser plus d’un au niveau de la société. Il ne faut pas oublier que les cas de délestages ne font qu’empirer la situation d’insécurité qui règne dans les villes. Il y a également Joël Andriamandranto et compagnie avec la lenteur de leur réaction face aux risques de propagation de l’épidémie du Coronavirus jusqu’à notre territoire.

A rappeler que ce n’est pas le gouvernement malgache qui a pris l’initiative de suspendre les vols avec la Chine et l’Italie, mais la compagnie Air Madagascar. Le gouvernement n’a donc fait que suivre la cadence en émettant des interdictions qui ne sont pas du tout suivies à la lettre vu que des individus provenant des pays à risque arrivent encore à entrer sur notre territoire. On ne réussira qu’à faire du surplace avec des incapables pareils comme dirigeants à croire que le pays manque cruellement d’hommes compétents et intègres capable de mener le pays à son apogée.

Je R

Lire aussi