La Gazette de la grande ile

Des cadavres pullulent les ruelles : La psychose s’installe

Publié le 01 avril 2020

Plusieurs personnes meurent en pleine rue ou dans les ruelles d’Antananarivo. La plupart de ces décès sont immédiatement rapportés sur les réseaux sociaux par les curieux qui veulent se faire le plus de réactions possibles. De ce fait, des photos ne respectant aucunement la dignité humaine circulent sur les réseaux sociaux et sont plus partagés que les informations utiles publiées par les responsables de la gestion du Covid-19.

En temps normal, ces décès n’intéresseraient pas autant les gens. Mais dans le contexte d’état d’urgence sanitaire actuel, tous ces morts inexpliqués intriguent les gens et cela est immédiatement lié au Coronavirus. En effet, les rumeurs sur les réseaux sociaux induisent les gens en erreur et ont inculqué dans leurs têtes que le Coronavirus a déjà fait plus de victimes que les autorités ont communiqué et que des centaines de personnes en sont déjà mortes. La polémique autour de ces cadavres dans les rues installe petit à petit la psychose. Pris en charge dans les minutes qui viennent par les autorités compétentes, ces cadavres sont conduits dans des ambulances ou des véhicules des pompiers. Ils sont analysés et jusqu’à maintenant, aucun d’entre eux ne porte le Coronavirus.

En temps normal, plusieurs personnes meurent dans les rues d’Antananarivo à cause de différentes raisons. La majorité d’entre eux succombent à l’hypoglycémie ou au coma éthylique. Avec le confinement actuel, la faim se fait ressentir parmi les sans-abris et ceux qui travaillent dans les rues. De ce fait, les cas d’hypoglycémie augmentent. Des bars ouvrent également clandestinement et incitent les gens à  boire en silence. Obligés de rentrer vers midi, ils se tapent le soleil en étant ivre. Ils s’écroulent dans les rues et créent la panique. Une panique dont les « compte fake » contre le pouvoir en profite pour semer davantage la zizanie. La multiplication de ces morts dans les rues et les ruelles devrait inciter le pouvoir à instaurer une politique de prise en charge sérieuse de ces sans abris. Par manque de travail, ils sont obligés de se rabattre sur les ordures pour manger.

  1. B

Lire aussi