La Gazette de la grande ile

Confinement : Retour flagrant au laisser aller

Publié le 14 avril 2020

Les gens poursuivent toujours leur train de vie normal, même face à la propagation du coronavirus. Des mesures venant de l’État central sont tombées concernant les mesures contre la propagation du virus. Mais après presque 20 jours après l’annonce du président sur les gestes à adopter et à éviter en cet état d’urgence sanitaire, les gens continent à faire fi de ces mesures. C’est la gabegie totale dans certains quartiers de la capitale, notamment au niveau des fokontany en dehors du centre ville. Bien que la présence des forces de l’ordre sur le terrain soit renforcée, leur présence auprès de chaque fokontany ne sont pas permanente. Et cela impacte beaucoup au respect des mesures de confinement. Le ministre Tianarivelo Razafimahefa déplore cette irresponsabilité et interpelle les responsables auprès des fokontany. A lui de souligner la constatation du laisser aller durant ces deux derniers jours. La préfecture de police rappelle également les mesures relatives à l’état d’urgence sanitaire. Dans un décret, elle souligne que le non-respect de ces mesures sont soumis à des sanctions. Parmi ces mesures, on rappelle le port obligatoire de cache bouche, la fermeture des commerces à midi, le respect de la distanciation sociale et l’interdiction de sortie après midi. Mais on est loin de l’effectivité de ces dispositions. Les forces de l’ordre sont même parfois contraintes d’utiliser la manière forte comme quand elles ont fait usage de bombes lacrymogènes pour disperser des foules.

A.N.

Lire aussi