La Gazette de la grande ile

Chronique / Malgré les réticences suspectes : Feu vert pour un remède miracle

Publié le 22 avril 2020

Evènement très attendu par une population  complètement soumis sous le  joug du déficit structurel de la lutte contre toutes les maladies  et la domination de l’emprise des produits  pharmaceutiques  venant  de l’étranger, l’officialisation d’une  découverte des chercheurs de l’Institut Malgache des  Recherches Appliquées ne peut plus  être  ignorée du  reste  du monde.  Répercutée par les médias internationaux la cérémonie de ce lundi 20 avril 2020 restera  gravée dans les annales de la  République.  Une dépêche de  Sarah Thétaud  de  RFI  rapporte une révélation  tout  ce  qu’il y  a de plus  officielle  lorsque «Devant un parterre d’invités – ministres, diplomates et scientifiques –, le président malgache présente alors les deux remèdes traditionnels améliorés » en disant «Mesdames et Messieurs, c’est avec une grande fierté que nous annonçons que les travaux de recherche de l’IMRA ont abouti. »

Dans la  foulée,  la  source précise également  que la communauté scientifique qui promeut l’artemisia soutient qu’« efficace ou non contre le coronavirus, le remède, quoi qu’il en soit, ne peut pas faire de mal », surtout chez une population exposée à des maladies comme le paludisme ou la bilharziose. « Ça fait seize ans que l’OMS nous met des bâtons dans les roues pour que nos études sur l’artemisia soient enterrées. Oui, l’OMS est à la solde des laboratoires internationaux. Mais l’avantage, c’est que ces grands laboratoires aujourd’hui n’ont pas d’emprise sur Madagascar. » A propos  justement d’une  réticence sur l’utilisation  du produit, l’opinion  reste divisée quant à son  utilisation. Très rassurant  Charles Andrianjaka, chercheur dans le design moléculaire et directeur général de l’IMRA explique : «Si on regarde le profil chimique de l’artemisia, on voit bien qu’il y a des molécules connues qui stimulent le système immunitaire. Donc dans un premier temps, on va dire que c’est pour la prévention. »  Surtout que dans ses interventions «le président a décrété obligatoire la prise de ce médicament pour les étudiants de 3e et de terminale qui retournent à l’école dès mercredi. »  Et que «ces médicaments seront distribués gratuitement aux personnes les plus vulnérables et mis en vente dès ce mercredi dans les pharmacies et supermarchés.» Selon les médias, c’est surtout cette  forme de libéralisation de  circonstance (vu l’urgence) qui «ulcère» une  classe politique  partisane et  trop  alignée, à la  rancune  tenace à  cause des  déroutes  électorales de la récente  course à la  présidence qui avait entraîné  le  retour triomphal  d’Andry Rajoelina.  A la fin  de la cérémonie  inaugurale le spectacle du président et son épouse trinquant, « une bouteille de décoction à la main, avant d’engloutir quelques rasades de « Covid-Organics »,…n’a pas échappé aux caméras des journalistes. Et le communiqué officiel de  confirmer :« Pour convaincre les réticents »…En tous  cas l’apport  financier consenti par  le gouvernement des  Etats-Unis  d’Amérique de l’ordre  2.500.000 dollars  et remis par l’Ambassadeur Michael  Pelletier est un signal fort  et  révélateur  quant à l’intérêt des pays amis à propos des efforts des  autorités malgaches concernant la  détermination  de celles-ci dans le  cadre des appuis sur la  santé et la lutte contre la pandémie du coronavirus. Tout le  reste  relève des  délires obsessionnels de quelques  détracteurs  envieux qui digèrent encore mal le fait d’avoir été écartés de la  conduite des  affaires  de l’Etat…

Lire aussi