La Gazette de la grande ile

Ravinala Airports : le DG s’est-il enfui ?

Publié le 06 mai 2020

Vives inquiétudes à Ivato aussi bien au sein des employés du groupe Air Madagascar que ceux de Ravinala Airports la société de concession de l’aéroport. Bien avant le confinement, la compagnie nationale aérienne était déjà en situation de faillite et sans ses filiales (Tsaradia qui exploite le réseau domestique et MGH qui assure le handling)  pour la secourir, Air Madagascar n’aurait même pas pu payer les salaires de ses employés.

Le même sentiment qui fait de multiples interrogations  prévaut au sein du personnel de Ravinala Airports. Au niveau des salaires, on se pose aussi des questions car en dépit de leur renommée financière, les actionnaires (ADP, Boygues, Méridian) sont aussi sérieusement affectés  par la crise apportée par le coronavirus. A Madagascar, la première partie de leur projet est déjà achevée et devrait être inaugurée le mois dernier. Mais depuis plus de 40 jours, il n’y a plus de trafic donc pas de recettes, on se demande si Ravinala Airports va aussi abandonner comme tant d’entreprises. D’autant plus que d’une part, l’avenir ne s’annonce pas du tout brillant pour le trafic aérien malgache et d’autre part, les pressions pourraient s’accentuer de la part de la partie malgache pour imposer la Sofitrans dans le duty free et la restauration et des petits pavillons malgaches. Il se pourrait même que l’Etat malgache révise le contrat de Ravinala Airports.

De toute façon, l’Etat cherchera à éviter les grognes de toutes sortes et à profiter du contexte exceptionnel pour imposer des mesures exceptionnelles. Déjà des opérateurs et des politiciens suggèrent la privatisation de certains secteurs stratégiques comme l’énergie et les aéroports. Est-ce que Ravinala Airports est-il au courant de ces courants nationalistes ? En tout cas, son DG est parti à bord du dernier vol de rapatriement vers la France. Patrick Collard se serait enfui, aux dires des employés d’Ivato. Le DG de Ravinala Airports n’aurait pas suivi le même canal que les passagers ordinaires mais aurait embarqué directement à bord de l’avion d’Air France. On ne sait pas si son passeport est passé devant les autorités aéroportuaires.

D.R.

Lire aussi