La Gazette de la grande ile

Football – Randrianantenaina Lucien Luc : Révélation sur toute la vérité de la FMF

Publié le 08 juin 2020

Suite au dénigrement et aux allégations sans fondement de la presse ces derniers temps sur le Comité Exécutif (CE) de la Fédération Malgache de Football (FMF), le 3e vice-président de la fédération, Randrianantenaina Lucien Luc, également, Sénateur de Madagascar est sorti de son silence pour révéler toute la vérité de la FMF. C’était hier à son bureau au Sénat à Anosy lors d’un point de presse avec les media.

Selon le 3e vice-président Randrianantenaina Lucien Luc, le gros problème actuellement à la FMF est qu’il n’y a pas de Président par intérim après la fuite à l’étranger du Président élu, Arizaka Rabekoto Raoul. Ce dernier aurait dû, avant son départ du pays, désigné un Président par intérim pour assurer les affaires courantes. Dans le cas contraire, et conformément au statut de la FMF, les membres du CE se constitue entre eux pour désigner un Président par intérim.

Un exemple parmi tant d’autres avancé par le 3e vice-président, Randrianantenaina Lucien Luc, pour souligner la gravité de cette non désignation d’un Président par intérim fut le cas déplorable des anciennes gloires comme maître KIRA Michel et Réné TALE.

Ces deux anciennes gloires ont reçu les aides de la FMF dans le cadre de l’assistance de la fédération pour le COVID 19. Les aides en question sont des sacs de riz avariés. Et comme il fallait s’y attendre, maître KIRA Michel et Réné TALE ont remis les riz avariés en question à la fédération.

Pour le 3e vice-président, Randrianantenaina Lucien Luc, si au moins il y avait eu un Président par intérim désigné à la tête de la FMF, ce genre de négligence n’aurait pas eu lieu.

Disfonctionnement de la FMF

De l’avis du 3e vice-président, Randrianantenaina Lucien Luc, cette défaillance dans la non désignation du Président par intérim est à l’origine de tous les problèmes de la FMF actuellement. En effet, selon la révélation du Sénateur Luc (pour les intimes), c’est à partir du lieu de sa fuite à l’étranger que le Président Arizaka Rabekoto Raoul donnait ses directives pour la gestion de la FMF. Des directives qui vont directement à madame le Secrétaire Général (SG), sa dame de main à la FMF, sans passer par le CE. Pour les membres du CE, une telle pratique place donc le Secrétariat Général au dessus du CE contrairement à l’organigramme de la FMF.

Peur bleue de la complicité

Concernant la sortie de la salle de réunion, de ce que la presse de dénigrement qualifie d’aile dissidente de la fédération, au 3e vice-président, Randrianantenaina Lucien Luc d’apporter les explications suivantes. Au début de la réunion du 2 juin dernier, une réunion soulignant le en passant, convoquée par le Président en fuite, Arizaka Rabekoto Raoul, conformément au statut de la FMF,  les membres du CE ont fait la remarque suivante. Il est très difficile pour ces derniers de participer à une réunion avec le Président de la FMF en fuite à l’étranger et qui plus est, un avis de recherche a été lancé contre lui. Même si cette réunion aurait dû se dérouler par Visio conférence, une disposition de l’avis de recherche qui stipule que quiconque qui a vu le fugitif devrait appeler à l’un des numéros de téléphone mis à la disposition du BIANCO, le bureau anti-corruption à l’origine de l’avis de recherche met les membres du CE mal à l’aise.

Manque de transparence

Mais comme il fallait s’y attendre, la rencontre avec la presse d’hier fut l’occasion pour les media de poser des questions sur les sujets, objets de débat actuellement chez les férus du football. Il s’agit de la question des équipementiers de la FMF et des Subventions de la FIFA et de la CAF.

Sur ces deux points, le 3e vice-président, Randrianantenaina Lucien Luc a résumé la situation comme suit. Le manque de transparence semble être la règle dans la gestion de la FMF actuellement. En effet,  en ce qui concerne le choix de l’équipementier de la fédération, le comité d’évaluation n’a pas suivi la procédure convenue. Dans la désignation des trois membres du comité d’évaluation, le CE, contrairement au règlement, n’a pas été consulté. De plus, contrairement aux textes en vigueur, le dossier du choix de l’équipementier de la FMF devrait passer deux fois devant le CE qui donne l’approbation avant validation par le comité exécutif et la signature du contrat. Ce qui n’était pas le cas. D’où la demande d’ajournement par le CE du choix de cet équipementier de la FMF.

Concernant les subventions de la FIFA et de la CAF, le CE déplore l’inexistence de rapport de la part de l’administration de la FMF. Un comité exécutif qui ne connaît même pas ni la date d’arrivée de ces subventions, encore moins les montants desdites subventions.

Présence physique

Enfin et non des moindres, sur l’épineuse question de présence physique des membres du CE, y compris son Président, à chaque réunion, comme le stipule les dispositions du statut de la FMF, notamment, l’article 39, au 3e vice-président, Randrianantenaina Lucien Luc de confirmer cette disposition.

Et à lui de continuer que du moment qu’un membre du CE, y compris le président, par trois fois, était absent de la réunion du CE sans donner de motif valable pour justifier son absence, il s’exclue de lui-même du comité. Selon les explications du Sénateur Luc (pour les intimes) après trois réunions consécutives par visio conférence du Président Arizaka Rabekoto Raoul, les membres du comité exécutif ont constaté par une fiche de présence son absence et ont dressé un procès-verbal (PV). Un PV dont des copies ont été données à la FIFA et à la CAF. Pour l’instant selon les informations reçues du 3e vice-président de la FMF, les instances internationales du football n’ont pas encore réagi. Pour la suite donc, attendre pour voir.

F.A.R

Lire aussi