La Gazette de la grande ile

Son passage à la télévision : Ratsirahonana “moi je”

Publié le 09 juin 2020

Ratsirahonana à la télévision c’est le summum du “moi je”. Ratsirahonana  à la télévision c’est  comme entendre quelqu’un qui a toujours rêvé être Président de la République mais ne l’a jamais été et qui a été à la tête de l’Etat quelques mois après avoir poignardé dans le dos le Président de la République. Ratsirahonana à la télévision c’est la pire chose que des étudiants qui voudraient faire du droit constitutionnel pourraient entendre.  Ratsirahonana à la télévision c’est un monsieur je sais tout,  j’ai conseillé tous les Présidents de la République,  je suis une personne indispensable… mais Madagascar caracole toujours en queue de classement.  Ratsirahonana c’est tout ça… il avait été enseignant vacataire entre autres à l’EESDEGS, à côté d’autres enseignants eux qui ont forgé leurs armes à l’EESDEGS avant de poursuivre leur doctorat en France et il ne faisait pas le poids.

Si les autres enseignants faisaient découvrir les autres auteurs avant d’expliquer un concept et le justifier, avant de donner leur propre opinion sur la question, Ratsirahonana lui faisait parler son intuition ou plutôt son cœur exactement comme il a dit à la télévision  “que vous soyez d’accord ou pas, c’est comme ça,  c’est ça la vérité !” (na tianao na tsy tianao). Ratsirahonana c’est cela, il croit détenir la vérité absolue, il appelle tout le monde ou tout le monde l’appelle,  il a la solution à tout mais des solutions pour sauver une personne, jamais une solution légale pour faire émerger le pays. Mais Ratsirahonana avec son sourire mesquin en est fier… fier d’être le conseiller de tout le monde,  fier de dire que si ça n’a pas marché c’est parce que les autres ne l’avaient pas écouté, fier même d’expliquer qu’on peut trafiquer les résultats des élections et gagner les élections.

Ratsirahonana parle des gens sans aucun respect pour les défunts,  personne n’a droit à leur titre avec lui, il est au-dessus de ça,  au-dessus de tous… c’est cela le Ratsirahonana Norbert Lala, l’égocentrisme dans toute sa splendeur,  le sauveur de Madagascar,  celui qui est incontournable dans l’entourage des présidents successifs, celui qui a toujours été quelque part là et voilà où on en est. Bien sûr le premier responsable dans un pays c’est le Président de la République mais à vouloir jouer l’incontournable on peut avancer que si nous en sommes là c’est parce que chaque Président a accordé du crédit à Ratsirahonana… il est temps de ne plus laisser une quelconque place, de ne plus décrocher ses coups de fil – car il dit appeler tout le monde-, de ne plus laisser son téléphone sonner et le laisser se dorer au soleil,  jouir de sa retraite et lui rappeler que lui n’est irremplaçable et certainement pas lui.

D.R.

Lire aussi