La Gazette de la grande ile

Inacceptable ! : Ne tirez pas sur le pianiste…

Publié le 18 juin 2020

A l’instar d’Andry Rajoelina, faire du mot Emergence avec  un «E» majuscule, l’objectif essentiel  d’un projet  de  société  tout au long d’une  campagne  électorale très passionnée,  même  avec toute la sincère bonne foi du monde, c’est inévitablement  s’attirer dès le  départ les  foudres de toutes les  ambitions  déplacées. Les prétendants à la magistrature suprême  pour en en faire une voie  royale n’ont qu’un rêve en  tête : s’enrichir  très vite et un peu plus encore par les moyens les plus vils  et  scandaleux. Mais  avec  tous les  honneurs  qui  vont  avec. Pour faire  bonne  conscience de cette forme  de mauvaise foi appliquée  sans  vergogne avec une forte  dose de  démagogie, tous les  acteurs politiques qui ont  raté l’occasion de se faire adouber par les  urnes n’ont plus autre  chose à faire que s’acharner sur l’actuel président élu de ce  second  quinquennat de la  4ème République.

Quoi  qu’il  fasse le nouveau Chef d’Etat, ses détracteurs  s’adonnent  avec l’aveuglement  de  têtes-brulées  et sans aucune  retenue à des  véritables  «actes  et manœuvres»  que les lois pénales punissent de  très lourdes peines. Avec  toute la  lâcheté imaginable,  ils  se  retranchent tous derrière les  fourberies de la  bannière d’une opposition  imaginaire dépourvue de  ne serait-ce que d’un minimum de cohésion structurelle valable. Composée de  tous les ramassis d’individus qui, après avoir leur  vocation dans  tel ou  tel secteur, pour se faire valoir sur le plan social, cette foule  d’agitateurs patentés  avec une  forte dose de  diffusion de fausses nouvelles, organise ouvertement à  travers les  réseaux  des  campagnes d’outrage au Chef de l’Etat. Les commanditaires de cette  sédition  qui ne dit pas  son  nom  cherchent  par  tous les moyens à installer  des  troubles à l’ordre public, par «l’incitation de la population à ne pas  avoir  confiance dans les  autorités». Avant même que le  coronavirus  cet  ennemi  invisible  ne  viennent  compliquer la situation  socioéconomique de ce pays déjà appauvri à  dessein par ses prédécesseurs véreux, pilleurs de deniers publics valets  corrompus  d’une certaine  communauté internationale portée  sur le pillage de  nos ressources (les  richesses minières  et l’accaparement des propriétés  privées et  surtout  étatiques), le mécanisme était  déjà  enclenché. Les  acteurs sont tous  déjà  en  scène, Andry  Rajoelina  n’est pas  dupe  et  droit  dans  ses bottes il  attend  de pieds fermes la horde des  barbares. Il n’est pas sans  savoir que les mouvements de dénigrement sur les projets de la  nouvelle ville, la réhabilitation du Palais de la  Reine et la  construction  d’un Colisée à proximité et les  structures  de l’Etat suffisamment infiltrées par des  courtisans qui mangent à  tous les  râteliers pour  dormir  sur  ses lauriers. Il faut vraiment avoir une mentalité de  suicidaire pour  ne pas  comprendre les  finalités de ces  quelques membres  du  gouvernement qui  traînent les pieds. Ces canards boiteux ne font que  ralentir le  rythme dans  cette  course contre la montre pour parvenir à l’avènement d’un progrès vers le  développement  au  sens  absolu et singulier du  terme. Le détermination d’Andry Rajoelina  et  de tout le pays à croire à «un renouveau  du  goût de  vivre  et d’entreprendre» est  tout à  fait le  contraire de l’époque révolue du   verbalisme creux et trompeur des  spécialistes des discours mensongers de  Marc l’envoûteur et de Rajao l’expert comptable d’une infinité de mauvaises pratiques financières  trompeuses catastrophiques pour Madagascar. Pour  atteindre son plein  effet les  efforts  conjoints  du pouvoir  et de la population il y a lieu  de se pencher  davantage sur l’amélioration de la  condition  humaine. Surtout après les  épreuves  et les  leçons  générées par l’invasion  de cette sorcière de 19 ans née en  Chine, a  grandi  fait des ravages en France, puis en Italie avant  d’être  exorcisée et maîtrisée par Andry Rajoelina, l’IMRA et le personnel  soignant  avec un «Tambavy»  de plantes médicinales bien de  chez nous. Moralité : bande de politicards  arrêtez de râler. Ne tirez sur le pianiste !

Noel Razafilahy

Lire aussi