La Gazette de la grande ile

Confinement : Ce n’est pas pour les WWT !

Publié le 22 juin 2020

Au désespoir de nombreux capitaines d’industrie et de chefs d’entreprise individuelle, le président Rajoelina n’a pas répondu à leurs attentes. Alors qu’ils espéraient des subventions à l’instar des espèces sonnantes et trébuchantes distribuées par l’Etat aux ménages, on leur a proposé des prêts à taux bonifiés ou encore le paiement différé des impôts. Des propositions qu’ils estiment d’autant plus inacceptables que dans le pays, la situation est totalement différente pour les sociétés qui ont émergé depuis 2009 et celles qui essaient vainement de se développer bien avant.

Les  opérateurs appréhendent d’ailleurs des différences de traitement comme on aurait vécu depuis dans le pays. Un exemple parmi tant d’autres qui illustre la situation est l’existence inexplicable d’un restaurant ou d’une boîte de nuit (on ne sait plus) du côté d’Antanimena  juste en face du stade des cheminots qui est ouverte au-delà du couvre-feu de 22 heures. C’est peut-être une soirée privée, encore que ce n’est pas presque tous les soirs une soirée privée. A moins que c’est pour fêter que le coronavirus est bien maîtrisé comme on le dit.

En tout cas, ce sont apparemment des gens privilégiés qui s’amènent à bord des 4×4 immatriculés WWF qui n’ont rien à cirer des barrages et contrôles des forces de l’ordre pour rentrer  chez eux très tard dans la nuit. Apparemment, ce ne sont pas des médecins ni de pauvres infirmiers et journalistes, encore moins des éléments de forces de l’ordre qui sont les seules autorisés circulant la nuit après leur dur labeur. Ce sont visiblement des protégés qui n’ont pas à respecter les mesures et règlements pris par l’Etat.

D.R.

Lire aussi