La Gazette de la grande ile

Célébration des 60 ans d’indépendance : Une fête dans une atmosphère morose

Publié le 01 juillet 2020

Quand on regarde les archives aussi bien sonores que photographiques on est ému de voir la déclaration  d’indépendance sur la pierre sacrée de Mahamasina, on est ému d’entendre des discours des grands hommes malgaches de cette époque,  on est ému de lire l’origine du drapeau de Madagascar et de l’hymne national malgache, on est ému de découvrir ou redécouvrir l’Histoire de notre pays. Aujourd’hui la célébration du 60 ème anniversaire des forces armées était spectaculaire : le Président de la République habillé tel un monarque,  la Cadillac d’il y a 60 ans, les forces armées qui défilent, l’inauguration de Gasycar entre autres et de l’autre côté une distribution de nourriture pour les indigents.

Si le cœur devait être à la fête car un tel événement se fête même entre famille, il n’en était rien. Il y a ceux qui sont déçus car toutes les promesses du Président relatives à ce 26 juin 2020 n’ont pas été réalisées, d’autres qui sont déçus de ne même pas avoir pu suivre la transmission en direct de la parade militaire pour cause de défaillance de Viva dont on ne comprend même pas pourquoi ce n’est pas la télévision nationale qui assure tout dans ce genre d’événement,  d’autres qui sont tristes car si les projecteurs crépitent ailleurs eux sont inquiets pour leur membre de la famille malade du covid ou qui soigne dans des conditions déplorables des malades du covid,  ils sont tristes pour leur famille mort du covid ou d’autres maladies désormais peu prises en charge à cause de la pandémie. La célébration des 60 ans d’indépendance était pour la majorité de la population peu festive, sobre et dans l’angoisse tandis que pour d’autres – toujours les mêmes- ce fut un événement grandiose, des fêtes,  du festin, du tape à l’oeil,  du bling bling en veux-tu en voilà.

Pour la majorité,  jamais 26 juin n’aura été morose, n’aura été angoissante… le coronavirus y est pour quelque chose bien sûr mais aussi et surtout, le fossé qui sépare la population des gouvernants est immense car ce qui paraît prioritaire et urgent pour les dirigeants s’avère être des futilités pour les gouvernés si bien que ces derniers se demandent si réellement les dirigeants savent faire la différence entre ce qui est important,  ce qui est urgent, ce qui est prioritaire.  Ces temps ci ce que les dirigeants considèrent  “prioritaires”, en la situation  sanitaire actuelle, sont pour la majorité de la population des futilités,  ne sont pas des priorités. On a même l’impression que la notion d’urgence sanitaire est oubliée si bien que même les mesures annoncées en lien avec la question sanitaire n’ont pas été réalisées : distribution de masques finalement limitée à deux masques à chaque foyer et il y a même des foyers qui n’en ont pas eu, distribution de CVO à chaque foyer, digitalisation des fokontany en une semaine pour mieux gérer la distribution d’aides, les aides pour le personnel soignant… Les 60 ans d’indépendance ont eu un goût amer pour la majorité de la population. Il est évident que le cœur n’était pas à la fête.

La Rédaction

Lire aussi