La Gazette de la grande ile

Secteur emploi : Tout employé vulnérable ne devra pas travailler

Publié le 01 juillet 2020

Le MTEPLS, le Syndicat des travailleurs et le Groupement des Patronats ont discuté concernant le cas des travailleurs du secteur privé ayant un état de santé vulnérable. Suite aux discussions entre le ministère du Travail, de l’emploi, de la Fonction Publique et des Lois Sociales (MTEPLS) et le Conseil National de Travail, il a été convenu que tout employé présentant des symptômes de Covid-19 ou un état de santé pouvant favoriser sa propagation ou la complication de son traitement ne devra plus rejoindre son lieu de travail. Dans la mesure du possible et selon le type de métier, l’employeur prendra ses dispositions pour que les travailleurs puissent continuer à travailler, ceci par le biais du télétravail. Dans les cas contraire, l’absence au bureau, dans un délai ne dépassant pas les 15 jours en raison de ces symptômes peut être qualifiée de rupture de contrat. L’incapacité à travailler résultant de la vulnérabilité d’un employé ou de la présence de symptômes de la Covid-19 doit être attestée par un médecin officiant auprès d’un centre de soins agréé par l’employeur, ou auprès d’un hôpital public pour ceux qui ne sont pas affiliés à un établissement spécifique, selon une note du ministère du Travail, de l’Emploi, de la Fonction Publique et des Lois Sociales (MTEPLS). En outre, où sont les mesures d’appuis des travailleurs vulnérables asymptomatiques de la Covid-19 qui se trouvent face à la rupture de contrat ? Vu la crise sanitaire, le ministère doit résoudre les cas de ces derniers, pour qu’ils puissent subvenir à leur quotidien. Un des soucis qui intimident les travailleurs.

                  Nandrianina A

Lire aussi