La Gazette de la grande ile

Non respect des mesures préventives : Sanctions justifiées

Publié le 04 juillet 2020

Face à la propagation de la pandémie de Covid-19, les autorités sévissent dans la capitale. L’absence de masque de protection et le non-respect des mesures préventives dans les transports en commun sont passibles de sanctions. Ceux qui ne se plient pas aux instructions sont conduits immédiatement au commissariat de police ou au poste de gendarmerie pour une détention. Celle-ci est brève mais toujours désagréable. Mal comprise par quelques individus, cette réaction des autorités est approuvée par une majorité de la population qui réclame un Etat fort face à des formes évidentes de laxisme. L’Etat a tenté de faire confiance au bon sens et au civisme de nos compatriotes en privilégiant la prévention mais certains individus font les malins, comme d’habitude, tandis que d’autres profitent du relâchement précoce au niveau de l’application des sanctions. Les individus qui méprisent les gestes barrières par négligence ou par ignorance ou par défi de l’autorité doivent être sévèrement punis car ils exposent leur entourage à une contamination certaine. Il est faux de croire que la répression constatée constitue une résurgence de la dictature. La situation d’urgence sanitaire justifie les travaux d’intérêt général et les placements en détention provisoire. La sécurité de la population fait partie des fonctions régaliennes de l’Etat. Sachant que les commissariats de police et les postes de gendarmerie ne pourront pas contenir ceux qui ne respectent pas les mesures sanitaires, il serait judicieux de démultiplier le panel des travaux d’intérêt général. Le balayage dans les rues et les écoles ne suffit pas à remettre les récalcitrants sur le droit chemin. Toutefois, pour éviter les arrestations et détentions arbitraires, il est nécessaire, et même urgent, de renforcer le cadre juridique.

Phil de Fer et Folojaona

Lire aussi