La Gazette de la grande ile

Retour à l’école : Il est urgent d’attendre !

Publié le 06 juillet 2020

C’est un vrai paradoxe que de dire enfin les écoles ferment alors que nous avons toujours dénoncé le peu de considération que les différents régimes successifs ont de l’éducation. Aucun investissement de fond dans l’éducation,  pas de recrutement,  si recrutement il y a il n’y a pas forcément les compétences,  des aides octroyées à divers métiers mais pas aux enseignants,  des clips et autres tournés mais d’innombrables écoles sans table banc, sans mur, sans fenêtres,  sans enseignants.  Au mois d’avril, l’Etat a pris la décision de faire retourner les enfants à l’école,  les enfants en classe d’examen car le CVO était découvert.  En même temps les services étaient au minimum dans les ministères,  le nombre de cas positifs augmentaient et tout récemment les conseils de ministres se font en visio conférence !Avoir fait retourner les enfants à l’école avec un calendrier aléatoire qui jusqu’à maintenant n’est pas fixé et une situation sanitaire non maîtrisée est une des pires décisions prises. Bien évidemment une école fermée n’est jamais une bonne chose pour un élève,  pour un pays,  mais ouvrir les écoles dans un contexte sanitaire chaotique est une grossière erreur d’autant que le calendrier scolaire dans ce cas est modulable. Reculer les dates d’examens officiels n’est pas la pire décision à prendre,  décaler la rentrée n’est pas une décision irresponsable quand la raison est la santé des élèves. On ne reviendra pas sur la prise obligatoire de CVO, le temps n’est plus aux reproches semblent dire les dirigeants,  aussi on salue cette décision de refermer les écoles en attendant.  Parfois ” il est urgent d’attendre” car il y a des urgences qui sont prioritaires et la santé des élèves en est une,  leur sérénité et la sérénité des parents qui tous les jours voient les chiffres qui explosent et les dirigeants accepter ces chiffres et qui ne cherchent plus à dire que c’est l’institut Pasteur qui manipule les chiffres. Comme quoi les réactions à l’emporte pièce sont déplacées et qu’il faut savoir mesurer ce qui est urgent, ce qui est important et les futilités et parfois reconnaître simplement ses erreurs de stratégie.  Ça ne coûte rien de dire ” nous avons eu tort “, au contraire ils gagneront en crédibilité.

D.R.

Lire aussi