La Gazette de la grande ile

Pandémie de Covid-19 : Confinement strictement encadré

Publié le 06 juillet 2020

Dès l’annonce des premières mesures pour lutter la propagation de l’épidémie de Covid-19, on a pu déplorer une indiscipline presque généralisée. Certains individus ne respectaient ni le confinement, ni le couvre-feu, ni la distanciation sociale. D’autres négligeaient le port du masque de protection et le lavage des mains. Une intense campagne d’information, éducation et communication a permis de convertir à la raison de nombreux récalcitrants.

Le pic de l’épidémie n’a pas encore été atteint que les autorités ont ordonné un élargissement des horaires de confinement, du moins dans la capitale. On a assisté subitement à un relâchement des gestes-barrières. Des gens ont cessé de porter un cache bouche, d’autres l’ont placé sous le menton. Les minibus ont repris leur mauvaise habitude de surcharge et ont cessé d’offrir du gel hydro-alcoolique aux passagers. Après les heures limites imposées, on a pu apercevoir encore du monde dans les rues dans certains quartiers. Il n’en fallait pas davantage pour que le virus s’emballe comme un cheval au galop.

Comment expliquer cette indiscipline d’une partie de la population? S’agit-il d’un problème de culture ou d’éducation ?

L’insouciance de certains individus relève d’une ignorance crasse mêlée d’un déni de réalité. Ils manquent de discernement en se croyant invincibles et en voulant se démarquer. C’est une manière de défier la mort. Selon eux, le virus ne peut toucher que les autres. D’autres individus refusent le port du masque par défi de l’autorité. Sous prétexte qu’ils sont contre le régime, ils mettent inutilement en danger leur vie et celle d’autrui. C’est une forme absurde de désobéissance civile.

Le retour à un confinement à partir de ce jour est donc une solution judicieuse réclamée par l’opinion publique et le corps médical. L’expression de confinement total est inexacte puisque la mesure prévoit des exceptions. Il est préférable de parler de confinement strictement encadré. La prochaine quinzaine sera difficile à vivre pour tous mais ce confinement est vital. C’est une question de vie ou de mort. Il faut espérer que les autorités octroieront des primes conséquentes au personnel de santé et aux forces de l’ordre qui risquent leur vie pour préserver celles de nos compatriotes.

Phil de Fer

Lire aussi