La Gazette de la grande ile

EDITORIAL : Déshonneur de la population !

Publié le 06 juillet 2020

L’ancien Président Didier Ratsiraka lors de l’émission sur tvplus a dit quelque chose de tellement vraie ” c’est déshonnorer les gens que de leur faire faire la queue pour distribuer de la nourriture ” ( manambany olona…). Il a raison, on se souvient  quand on devait faire la queue au bureau du fokontany avec le carnet pour le riz, le savon, l’huile…ça ne date pas de maintenant, ça date des années 80. Oui c’est miséreux de se lever tôt le matin pour déposer le carnet du fokontany, Lolo sy ny tariny l’avait chanté dans ” Kala Marie Katisoa”, une chanson qui relatait la réalité de cette époque.  Entre faire la queue devant les bureaux de fokontany à l’aube avec un petit panier et regrouper les gens aujourd’hui pour les diverses mesures sociales dans le cadre du covid, il y a juste une différence temporelle mais la même réalité avec un qualificatif donné par l’ancien président de la République ” manambany olona”, c’est humiliant,  c’est déshonorant,  et c’est la réalité en 2020, c’était la réalité en 1980 et on ne l’a pas oublié,  loin de là. C’est sous la deuxième République qu’a commencé cette manie des dirigeants de déshonnorer la population,  c’est sous la deuxième République qu’on a commencé à faire la queue pour avoir de la nourriture. C’est peut- être un détail mais ça demeure néanmoins la réalité encore aujourd’hui avec en sus cette pandémie qui n’épargne personne. Et déshonnorer la population, mépriser la population est devenu un style de gouvernance.

Dans la gestion de cette crise sanitaire,  ce que les gens voient ce sont les chansons,  les clips et les campagnes de sensibilisation. Ce que les gens voient c’est le manque cruel d’équipements pour les médecins. Ce que les gens voient c’est l’absence de choix,  si ce n’est que de sortir de la maison, pour la grande majorité de la population qui vit au jour le jour. Ce que les gens voient c’est l’ignorance de ce qui est urgent et ce qui est important par les dirigeants.  Ce que les gens voient c’est cette stratégie qui n’en est pas une qui consiste à dire à chacun de faire attention car au final malgré les monnaies sonnantes et trébuchantes il est clair que la gestion de la crise est catastrophique et n’en déplaise à certains l’Etat n’est pas prêt,  la situation n’est pas maîtrisée…et tout cela c’est du mépris pour la population, c’est déshonorant pour la population tout comme quand elle devait faire la queue devant les bureaux de fokontany pour  acheter du riz, de l’huile, du savon du temps de la deuxième République. Et à un moment où un autre la coupe est pleine.

La Rédaction

Lire aussi