La Gazette de la grande ile

Chronique : Solution amère salutaire : De  nouveau le confinement total 

Publié le 06 juillet 2020

Quoi de plus  dur pour un peuple fier  très  susceptible sur les libertés individuelles comme les américains des Etats-Unis d’Amérique que de  vivre une  journée du 4 juillet «morose» selon Le Monde «une fête nationale au goût amer… » Et que «Les célébrations du 4 Juillet, « jour de l’indépendance » Américaines, ont été moins importantes que d’habitude. Le pays a enregistré le même jour plus de 43 000 nouveaux cas de Covid-19.»  Il n’y a rien  d’étonnant à cela lorsque pour une grande puissance  comme le pays de l’Indépendance Day, accepte de  vivre les mesures contraintes  du  confinement proches de la  restriction des libertés. Face  à  un  «ennemi  invisible»  aussi  dangereux, il  faut  ce  qu’il  faut. C’est la principale  raison qui motive les habitants pour commémorer la proclamation, en 1776, de la séparation de la couronne britannique par treize colonies britanniques, qui fondèrent ainsi les Etats-Unis d’Amérique.» En temps normal  cette festivité s’est toujours déroulée «dans une ambiance bon enfant, avec parades, fanfares, barbecues et grands feux d’artifice. Mais, en pleine pandémie de Covid-19, qui progresse de façon galopante dans le pays, les célébrations ont été moins importantes que d’habitude.» Réaction  admirable louable qui mérite de  servir  d’exemple.

A partir d’hier, avec ces déclarations communes des membres du gouvernement sur les prochaines applications des mesures préventives applicable désormais; à Madagascar et surtout sur le territoire de la région d’Analamanga seront plus strictes avec le recours au confinement total jusqu’au lundi 20 juillet prochain. Entrée et sortie interdite…Parce que depuis quelques semaines la prolifération de cette pandémie avait enregistré une hausse assez préoccupante.  Malgré les premiers succès des opérations de barrage contre ce virus, les autorités ont préféré hausser de plusieurs crans les dispositions de l’Etat d’Urgence Sanitaire. Seuls les services essentiels auront le droit de fonctionner. L’utilisation de la tisane mis en circulation par l’Etat avec l’aide de l’Institut Malgache des Recherches Appliquées, des scientifiques mobilisés, le personnel de santé et les militaires a donné des résultats qui ont donné au reste du monde beaucoup plus d’espoir que de rejet de la part des premiers utilisateurs du CVO guéris. Efficacité confirmée et avalisée officiellement par des hauts responsables du continent voisin. Il est indéniable qu’une certaine presse à la solde des grands laboratoires pharmaceutiques  s’acharnent toujours à jeter le discrédit sur ce «remède miracle» qui présente des risques commerciaux évidents pour la distribution mondiale de leurs produits programmés pour le maximum de profits dans leurs stratégies mercantilistes cyniques. Déterminé à tenir tête et à relever le défi d’un combat qui s’annonce favorable pour l’ère des plantes médicinales au service de la santé humaine Andry Rajoelina avec les soutiens des groupes d’investisseurs étrangers optimistes  va de l’avant. Le Centre Médical Covid-19 (CMC) a officiellement ouvert ses portes au Village Voara Andohatapenaka ce 1 juillet 2020. Il s’agit d’un centre médical mis en place par l’État malagasy. Pour preuve la visite du couple présidentiel au site de Tanjombato pour constater de «pour constater de visu l’avancement des travaux d’installation de l’usine pharmaceutique Pharmalagasy » qui sera équipée de matériaux et technologies derniers cris. Pour Andry Rajoelina le «défi est que Madagascar puisse produire localement les médicaments dont les Malagasy ont besoin» Cette unité « face à la pandémie du coronavirus produira la gélule CVO+ en solutions curatives et préventives. Ce médicament est le fruit de la collaboration des chercheurs Malagasy avec des scientifiques et cliniciens étrangers. Objectif : « produire les premières séries de la gélule CVO+ d’ici un mois » Le Chef de l’État a également précisé que «les chercheurs procèdent actuellement aux essais cliniques en laboratoire (in vivo et in vitro) de cette gélule avant son utilisation chez l’homme. ». Lors de cette visite, Andry Rajoelina a fait d’une pierre deux coups : démentir les insinuations malveillantes sur son état de santé et prouver qu’il n’a pas du tout quitté son pays…

Lire aussi