La Gazette de la grande ile

Edito : La transparence … ne transparaît plus !

Publié le 03 août 2020

Allons droit au but, nous sommes fatigués de n’entendre que des mauvaises nouvelles qui ne cessent d’empirer de jour en jour. Alors que notre pays doit déjà affronter de nombreux problèmes organisationnels sur de nombreux domaines tels qu’économiques et administratifs face à la crise sanitaire, voilà encore que ceux-ci ne cessent d’empirer et de s’étaler sur d’autres domaines. Pour illustrer, comme il avait été annoncé la semaine dernière que toute personne qui souhaiteraient effectuer des tests de dépistage préventif pourra le faire directement au Village Voara Andohatapenaka. Mais vu à quel point il est difficile pour les responsables d’accueillir toutes ces personnes dans les plus brefs délais, on se demande maintenant si cette solution avait été une bonne idée. En effet, alors que l’une des mesures adoptées par l’Etat consistait à éviter les rassemblements de plus de 50 personnes, nous voilà face à une situation dans laquelle plus d’une centaine de personnes sont en train d’attendre que les responsables sanitaires les reçoivent. Sans compter d’ailleurs que même si les effectifs étaient plus réduits, cela n’empêche pas pour autant la propagation du virus. Quoi de plus contradictoire et étonnant ?

Dans cette même optique, nous remarquons également que parmi les nouveaux cas constatés ces derniers jours, la localisation n’est cependant indiquée que pour des cas limités. Est-ce parce que les procédures de dépistage varient d’un laboratoire à un autre, ou certains individus refusent tout simplement d’indiquer le nom de leurs quartiers ? Si c’est le cas, il paraît quand même absurde que seule une partie des quartiers est annoncée au public, et de les laisser dans le doute pour le reste. Résultat, cette insuffisance d’information ne fait que pousser les particuliers à douter de tout ce qui avait été dit jusqu’ici. En effet, il est surtout ici question de transparence, et tout le monde espère que l’Etat saura agir en conséquence. Après tout, les citoyens ne demandent ni l’adresse ni les noms de ces personnes, ils ne souhaitent que des informations justes et équilibrées de manière à ce que la confiance mutuelle entre Etat-citoyen puisse continuer à s’établir …

Hariantsa R.

 

Lire aussi