La Gazette de la grande ile

Grève organisée par les taxis-be de la capitale : Accordée d’office par le conseil des ministres

Publié le 03 août 2020

Presque tous les secteurs sont touchés par les effets de l’actuelle crise sanitaire, y compris le transport. Particulièrement pour les taxis-be desservant la capitale, ils ont peu travaillé malgré les dispositifs sanitaires qui leur ont été imposés par l’Etat. Au début de la période de confinement, le mois de mars dernier, les transporteurs issus de l’union des coopératives de transport urbain (UCTU) ont été privilégiés par rapport à leurs collègues, ceux des zones nationales. En étant des travailleurs impactés par les mesures de confinement, les chauffeurs et receveurs de taxis-be de la capitale ont reçu chacun des aides sociales alors que bon nombre de familles vulnérables n’ont en pas bénéficié jusqu’à maintenant. Lésés ensuite par l’application des mesures sanitaires dans le cadre de leurs activités, ils ont toujours prévu de tenir une grève pour exprimer leur volonté de ne pas vouloir respecter la loi. C’est ce qu’ils ont justement prévu pour ce jour, un programme déjà établi il y a quelques jours, ce qui aura pour conséquence de punir leurs clients. Un droit de grève qui leur semble accordé d’office, le conseil des ministres du samedi dernier, tenu par « Visioconférence » a décidé la suspension des activités de transport à l’exception des taxis jusqu’au 20 juillet prochain afin de lutter contre la propagation de la Covid-19 dans la région d’Analamanga. Ces transporteurs devraient être alors satisfaits de leur choix, celui de ne pas travailler pendant une dizaine de jours.

Mampionona

Lire aussi