La Gazette de la grande ile

En bref

Publié le 03 août 2020

  • Loi PAC : Adoptée par l’Assemblée Nationale

L’Assemblée Nationale a adopté, après amendement, une proposition de loi sur les Pôles Anti-Corruption (PAC), le Sénat quant à lui a pris la décision de renvoyer son examen à plus tard. Les organisations des sociétés civiles ont déjà émis leur crainte par rapport à l’intention de modifier la loi sur les PAC et voient cela comme une menace vis-à-vis de la lutte contre la corruption. Les changements majeurs proposés par l’Assemblée Nationale portent principalement sur trois points : le retrait des infractions économiques et financières de la compétence du PAC, la suppression de la confiscation des avoirs illicites avant condamnation, la réduction du mandat du coordonnateur national et des magistrats.

  • Situation coronavirus : On s’approche un peu plus du stade 3 !

Le coronavirus ne cesse de prendre de l’ampleur à Madagascar. Les dirigeants qui n’ont cessé de se vanter que la Grande Ile se débrouille assez bien dans la lutte ont fini par changer de ton. Il ne faut oublier qu’on est à pas moins de 32 décès à l’heure actuelle ce qui s’approche de la cinquantaine ce qui signifie l’entrée au stade-3. Et oui, on entre dans le stade-3 dès qu’on a franchi la barre des 50 décès, ce qui signifie que la maladie est plus en plus difficile à contenir. Les dirigeants ont fini par entendre raison et retourner au stade de confinement pour le cas d’Analamanga où on enregistre le plus de cas positifs. Espérons que ce ne soit pas trop tard.

  • Approvisionnement en eau : Toujours la même histoire avec les coupures !

L’Approvisionnement en eau laisse à désirer à Madagascar que ce soit dans les communes éloignées ou en pleine ville. Et oui, même en pleine ville la population manque cruellement d’eau avec les coupures sans cesse qui font jaser plus d’un. Les citoyens résidant dans le quartier de Faravohitra, Ambondrona, Antaninandro et autres se plaignent par rapport aux coupures d’eau au quotidien surtout en cette période de crise où la question d’hygiène ne devrait pas être prise à la légère. Ce qui est assez étonnant, c’est que les services octroyés par la Jirama laisse à désirer mais avec ça on voit quand une facturation surélevée.

Recueillis par Jean Riana

 

Lire aussi