La Gazette de la grande ile

Confinement et déconfinement : Du pareil au même !

Publié le 03 août 2020

Madagascar est en plein dans la lutte contre la Covid-19 à l’heure actuelle et la lutte est encore loin d’être gagnée surtout que le nombre de cas confirmés ne cesse d’augmenter au quotidien. C’est également le cas pour les cas de décès qui s’enregistrent au quotidien. Il est à rappeler que la Grande Ile faisait déjà route vers le déconfinement progressif auparavant, mais a dû faire machine arrière en raison du fait que la situation par rapport au coronavirus ne cesse d’empirer avec le temps qui passe. Il faut dire qu’on est en présence d’une maladie qui progresse à une vitesse grand « V » qu’il est assez difficile d’enrayer la tendance surtout que dirigeants et dirigés prennent à la légère la gravité de la situation. Les dirigeants qui auparavant avaient incité la population à sortir avec le déconfinement progressif et la population qui fait comme si le danger n’existe pas. Il est à noter qu’on est actuellement à pas moins de 11 528 cas confirmés et pas moins de 114 décès enregistrés jusqu’à présent. Heureusement, l’Etat a fini par entendre raison et retourner au stade de confinement, même si le respect du confinement laisse à désirer vu que la seule différence avec le déconfinement c’est la non présence des transports en commun vu qu’on constate encore des cas d’embouteillage alors qu’on est en pleine période de confinement.  Et oui, telle est la réalité qui prévaut dans le pays. Ce qui revient à dire qu’il n’y a pas de grande différence entre confinement et déconfinement mis à part les taxi-be et les taxis-brousse qui ne travaillent pas. Il n’y a qu’à se promener dans les bas quartiers comme Antohoma­dinika, 67 Ha, Isotry… pour le constater où les habitants vivent leur vie comme si de rien n’était. Il faut dire que c’est assez difficile de rester chez soi pendant plusieurs jours si on vit dans une petite bicoque ou l’espace est étroit. On doit également penser à chercher de quoi se mettre sous la dent au risque de mourir de faim. Autrement dit, il y a le coronavirus, mais il y a également la faim qu’on doit penser à apaiser. Et oui, la faim oblige et fait que le respect du confinement devient impossible car on ne peut rester enfermer chez soi avec le ventre vide. Quoi qu’on dise, personne ne peut nier le fait qu’il n’y a pas de confinement qui tienne à Madagascar vu que les rues sont constamment gorgées de monde.

Jean Riana

Lire aussi