La Gazette de la grande ile

Difficultés socioéconomiques : Le grand retour des usuriers

Publié le 04 août 2020

Toutes les entreprises souffrent du marasme consécutif à la pandémie de Covid-19. Leur activité est en baisse quand elle n’est pas réduite à néant. Du coup, elles licencient à tour de bras avant de mettre la clé sous la porte. Beaucoup de salariés du secteur privé se retrouvent sur le carreau alors qu’ils ont des enfants à nourrir, des loyers à régler ainsi que des factures d’eau et électricité à payer. Il n’est pas donné aux employés du secteur privé de trouver du jour au lendemain une activité complémentaire génératrice de revenus. Tout le monde n’est pas doué pour le commerce. Faute de bénéficier de la sécurité de l’emploi comme les fonctionnaires, les salariés du secteur privé ont du mal à obtenir un crédit ou un découvert bancaire. Ils n’ont pas d’autre choix que de se tourner vers les usuriers. En cette période instable, ces derniers abusent de leur position dominante pour faire signer des reconnaissances de dettes aux emprunteurs qui sont disposés à rembourser toute somme d’argent augmentée d’un taux d’intérêt abusif et illégal de 5% à 10% par mois. Lorsque l’emprunteur ne parvient pas à rembourser sa dette initiale, il tombe souvent dans un engrenage fatal. Il est parfois contraint de donner un chèque de garantie à l’usurier qui l’amène à s’endetter davantage ou à céder des biens personnels.

Phil de Fer

Lire aussi