La Gazette de la grande ile

Edito : A quel niveau de réflexion êtes-vous ?

Publié le 07 août 2020

Des amis, des connaissances sont partis vers les royaumes des cieux ces derniers jours. Au détour des chemins, le coronavirus les a rattrapés sans crier gare. Des tranches de vies passées avec eux se sont bel et bien terminées  sans espoir de retour, nous laissant : la famille, les amis dans une profonde tristesse. La propagation de ce virus dans ce contexte délictuel nous apeure car ne faisant aucune distinction sans remord ni regret, il s’en allait frapper l’humanité à l’aveuglette.

Après une analyse approfondie des réactions humaines sur cette pandémie, on a perçu les niveaux d’attitudes et comportements suivants, nous donnant une classification intellectuelle de chacun :

– les pauvres gens qui ne veulent qu’une chose : survivre de la faim d’abord et du coronavirus après. Ils sont incapables de se projeter dans le futur, et sont les pions de prédilection des manipulateurs politiques, qui  ont choisi cette opportunité pandémique pour déstabiliser le gouvernement  en ces temps  d’urgence sanitaire. En effet pour créer le chaos dont les Malgaches sont coutumiers, il n’y a rien de tel qu’exciter les sots pour créer une explosion sociale dont nous serons tous victimes.

– les  gens bêtes qui privilégient encore les intérêts particuliers aux intérêts généraux,  s’amusent au chat et à la souris avec les policiers et les gendarmes. Ils ne savent même pas qu’ils sont devenus des criminels en puissance en hypothéquant la vie d’autrui par leur  irresponsabilité. Et la bêtise qui accompagne cette dernière est  de persister dans la sensibilisation d’une population qui est dans le mode d’un proverbe stipulant que : “Ventre affamé n’a point d’oreilles”. En adoptant encore un procédé timoré alors qu’on est en plein désastre sanitaire et socio-économique, relève de l’incompétence.

– Les gens moyennement intelligents qui sont dans la critique perpétuelle, et qui toujours remettent en question les causes de l’entrée du virus dans notre île, ignorent le sens du mot pandémie. En se référant à un stade largement dépassé actuellement, les gens qui utilisent encore ces faits dans leur mode de communication, prouvent leur incapacité à avancer dans les actes, en démontrant leur limite à dépasser certains niveaux de raisonnement.  Dans le seul objectif d’enfoncer le pouvoir en place par leurs propos appelant à la désobéissance civile, ils veulent participer à la descente aux enfers de nos gouvernants, sans penser aux retombées négatives que cela pourrait engendrer une fois encore dans notre pays. Ces gens aux mauvaises pensées avérées, qui sont propres aux apprentis politiciens, se trompent d’adversaire en s’attaquant aux méthodes utilisées par le gouvernement qui laissent peut-être à désirer, mais qui gagneraient à être peaufinées par des personnes de bonne volonté.  La force de frappe immature et déstabilisante des médias et réseaux sociaux en veine de scoop, n’aide pas à rassembler les synergies constituées par le régime en place, et les opposants de tous bords, à œuvrer pour vaincre ensemble le coronavirus.

– Les gens intelligents qui s’emploient jour et nuit à trouver des solutions idoines, non seulement aux problèmes sanitaires, mais aussi aux problèmes socio-économiques qui s’ensuivent. Ces gens qui arrivent à passer outre les différends de tous genres pour se mobiliser positivement contre ce fléau, en se dépassant, c’est-à-dire en prenant sur soi les diverses frustrations antérieures occasionnées par cette situation délétère, pour se rallier au groupement qui lutte contre le coronavirus.

Max Randriantefy

Lire aussi