La Gazette de la grande ile

Edito :Le confinement n’est pas un problème … si on a les moyens !

Publié le 07 août 2020

Soyons clair et honnête, le confinement a beau être une solution envisageable pour limiter au mieux les impacts de la pandémie, cela ne peut pas perdurer définitivement, et encore moins dans un pays comme le nôtre. D’une part, nous savons mieux que quiconque à quel point l’exercice des droits et libertés individuelles est important pour les Malgaches puisque dans les temps normaux, il ne suffit que d’une moindre restriction et voilà que toute une communauté procède à toute sorte de manifestations pour réclamer leurs droits.

Allez voir ces quartiers qui se plaignent jour et nuit de la panne d’électricité, des problèmes d’accès à l’eau potable, ou même habitants de la capitale qui sont privés de leurs libertés de circulation à cause des embouteillages monstres. Concrètement, ça saute aux yeux que la démocratie a permis aux particuliers de s’habituer à la faculté qu’ils ont de pouvoir vivre « en toute liberté ». Par conséquent, autant ne pas s’étonner que même en période de confinement comme celle-ci, des communautés ne se gêneront jamais d’aller manifester publiquement pour revendiquer les aides sociales qui leur reviennent de droit. Après tout, me semble-t-il qu’à Madagascar, seuls les manifestants de ce genre ont la « moindre » chance de se faire entendre par l’Etat, on se trompe ?

D’autre part et en toute évidence, nous ne pouvons pas nier que malgré les efforts que notre Gouvernement a cru fait depuis tout ce temps, notre pays demeure encore un pays en voie de développement où la pauvreté et la corruption règnent vraiment comme si aucune solution ne soit en vue. Cela dit, nous sommes très loin de l’idée selon laquelle nos moyens, notamment financiers et matériels, puissent nous permettre de prolonger l’Etat dans un confinement perpétuel. Et même si nous voulons tellement prétendre le contraire, laissons les circonstances elles-mêmes témoigner et dénigrer nos dires.

Effectivement, des aides sociales sont actuellement en train d’être distribuées aux personnes « vulnérables », ce qui paraît a priori être une très bonne initiative. Malheureusement, vu l’état où on en est, des personnes se plaignent de ne jamais avoir reçu leurs parts, généralement à cause d’une affaire de corruption entre les responsables du Fokontany et les comités distributeurs. Cela revient à dire que ces dernières feraient mieux d’aller se débrouiller ailleurs si elles tiennent à leurs vies, toujours dans un contexte où la circulation est règlementée un peu partout. Bref, tout cela pour dire que même si nous voulons affirmer le contraire, il est temps d’admettre que pour notre pays, le confinement ne devrait pas être une solution à chaque fois que les effectifs des cas confirmés du covid-19 augmentent. Mais bon, attendons de voir la suite !

Hariantsa R.

Lire aussi