La Gazette de la grande ile

Politique monétaire : Dépréciation de l’ariary par rapport à l’euro

Publié le 11 septembre 2020

La pandémie de Covid-19 impacte d’une manière négative les activités économiques et financières mondiales et celle de Madagascar. Du 1er janvier  au 1er septembre 2020, l’Ariary s’est déprécié de 11,4 % par rapport à l’Euro et de 3,9% par rapport au Dollar US, indique la Banque centrale de Madagascar (BFM). Étant donné la prédominance des opérations de paiements libellées en dollars (64,2%), à court et moyen terme, la dépréciation de l’Ariary par rapport à l’Euro n’impactera pas significativement le niveau des prix intérieurs, rassure la BFM. La BFM reste en veille permanente et assure la continuité de ses missions afin de subvenir aux besoins de l’économie et prendre les dispositions nécessaires pour amortir les effets de cette pandémie, souligne-t-on. La disponibilité de liquidités au niveau du système bancaire a été renforcé pour accompagner le financement de l’économie en injectant, à son initiative via des adjudications par l’utilisation de son instrument principal, des liquidités pour un montant cumulé de 6 180,0 milliards d’ariary entre le mois de mars et début septembre de cette année, ce en plus des 139,7 milliards d’ariary à travers le nouvel instrument de refinancement exceptionnel à moyen terme sus-indiqué. Des mesures d’assouplissement quantitatif de la monnaie ont également été mises en œuvre dès le mois d’avril 2020 en accordant aux banques une déduction des réserves obligatoires du montant des échéances de crédit qui ont été rééchelonnées, un instrument exceptionnel de refinancement à moyen terme au taux fixe de 4,97%, et une possibilité de prendre en garantie des actifs commerciaux privés, telles les lettres de change escomptées par les banques. Les réserves officielles de change dont dispose la Banque Centrale de Madagascar représentent 5,9 mois d’importation de biens et services et se chiffrent à 2,003 milliards de dollars. L’augmentation s’explique essentiellement par la rentrée des devises liée au déblocage de contributions extérieures. Madagascar est ainsi proche du critère de convergence de 6 mois d’importation de la sous-région SADC.

Nandrianina A

Lire aussi