La Gazette de la grande ile

Dégradation de la route d’Ambohipo : Les responsables font la sourde oreille

Publié le 21 septembre 2020

Cela fait quelques mois que la détérioration de la route d’Ambohipo a été constaté. Il s’agit d’une dégradation aggravée sur la route menant vers les trois chemins, ce qui mécontente également les habitants de cette localité et les usagers de la route. Jusqu’à maintenant, aucun travail de réparation n’a eu lieu alors qu’elle devient de plus en plus inaccessible. On se demande alors à qui incombe la responsabilité ? Par rapport à l’origine de l’état désastreux de ladite route, on peut dire qu’il y a vraiment une défaillance au niveau des Fokontany concernés, à savoir celui d’Ambohipo et d’Andohan’i Mandroseza. A notre passage sur les lieux, il s’avère que le déversement des eaux usées sur la route a entraîné le dégât, une situation qui aurait dû être suivie de près et maitrisée premièrement par les chefs Fokontany ou par leurs adjoints. Aucun canal d’évacuation d’eau n’y est aperçu, une raison pour laquelle les propriétaires des maisons bordant la route agissent de la sorte, or une telle situation irrégulière devrait mériter une sanction sévère quelle que soit l’inexistence des canaux. Des appels ont été déjà lancés par les habitants, des hauts responsables étatiques utilisent aussi cette infrastructure routière en pleine dégradation, mais jusqu’ici, aucune réaction. Puisqu’il en est ainsi, la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) qui entend mettre fin à la gabegie, est interpellée. Les travaux de réfection ne suffiront pas, il faudrait également trouver une solution pérenne pour que la situation ne se reproduise dans l’avenir surtout que la période des pluies va bientôt arriver. Par ailleurs, on constate aussi dans plusieurs axes de la ville tels que Ambanidia, Ankorahotra, Ampandrana… que les travaux débutés il y a quelques semaines sont loin d’être achevés, travaux qui auraient dû être effectués durant la suspension des transports en commun et la restriction de la circulation. Des portions de route sont actuellement laissées dans un état piteux, juste en attendant la pose des « tip-top ».

Mampionona

Lire aussi