La Gazette de la grande ile

Edito : Pauvreté, une fatalité difficile à surpasser !

Publié le 22 septembre 2020

La pauvreté de Madagascar ne passe plus inaperçue aux yeux du monde à l’heure actuelle. Et oui, la Grande Ile figure parmi les pays les plus pauvres au monde et sa situation n’est pas encore prête de s’améliorer vu que la crise a laissé des séquelles que ce soit sur le plan économique ou sur le plan humain. Madagascar vit dans la pauvreté depuis plusieurs années alors qu’il dispose d’une richesse naturelle incommensurable. Au lieu de mettre en valeur les richesses dont dispose le pays, les dirigeants ne trouvent pas mieux à faire que rechercher de l’aide auprès des étrangers sans même avoir de vision bien définie pour l’utiliser. Conclusion, le pays ne fait que s’enfoncer un peu plus dans la pauvreté.

Et ce n’est pas le peuple qui va dire le contraire car seule la classe dirigeante arrive à améliorer ses conditions de vie dans cet Etat où la corruption règne en maître. La pauvreté se trouve être une fatalité que Madagascar est incapable de surpasser. Ce n’est pas demain la veille que le pays réussira l’exploit d’aller vers le développement vu que la lutte contre la corruption est encore à mettre au point dans le pays et ce n’est pas la population qui s’adonne aux pratiques anciennes telles que la vindicte populaire pour se faire justice qui va dire le contraire. La population malgache est tellement accablée par la pauvreté qu’elle ne s’attend plus à grand-chose sauf peut-être à un miracle. Raison pour laquelle le domaine de la croyance est un secteur qui rapporte dans le pays. Certains individus se disent être des envoyés de Dieu et usent des bonnes paroles pour plumer les pauvres qui n’attendent plus grand-chose de la vie sur terre. Ils espèrent seulement que leur vie après la mort soit meilleure et sont prêts à tout pour y parvenir et certaines personnes usent de cela pour se faire du fric. La preuve, les pasteurs de certaines églises dans le pays roulent en voitures hors de prix alors que leurs fidèles peuvent à peine s’offrir un voyage en bus.

Et oui, comme il est difficile de vaincre la fatalité qu’est la pauvreté, nombreuses parmi la population malgache s’adonnent à la chance en jouant aux jeux de hasard et autres et espèrent changer de vie grâce à cela. Il est clair que la population malgache ne croit plus à grand-chose, aux bonnes paroles des politiciens qui promettent monts et merveilles et ne font rien pour les réaliser après. La preuve, le taux de participation des électeurs aux élections est de plus en plus faible, mais cela ne semble pas inciter les politiciens à changer de comportement pour autant. On s’étonne que le pays demeure pauvre et restera pauvre tant qu’il n’y a pas de changement de comportement venant de chacun, surtout de la part des politiciens qui ne font que mener le pays à sa perte.

Jean Riana

Lire aussi