La Gazette de la grande ile

Palais des Sports de Mahamasina : Les fédérations dénoncent la forme de corruption déguisée

Publié le 23 septembre 2020

En attendant la reprise des compétitions sportives, après le confinement, les fédérations sportives se préparent, selon leur moyen de leur côté. Mais d’ores et déjà, les fédérations sportives sont unanimes. Désormais, les fédérations ne veulent plus organiser des championnats nationaux au palais des sports de Mahamasina. Pour cause, les fédérations sportives dénoncent et ne veulent pas être complice de la forme de corruption déguisée au sein de TAFITA, l’organisme de gestion du palais des sports de Mahamasina, dans la location de ce palais.

En effet, selon certains présidents des fédérations sportives, qui veulent garder l’anonymat, malgré que le ministre de la Jeunesse et des Sports, Tinoka Roberto a donné l’ordre de donner gratuitement aux fédérations sportives l’utilisation du palais des sports de Mahamasina, les responsables de la gestion du palais, selon les présidents des fédérations, conditionnent l’utilisation de cette infrastructure pour l’organisation des championnats nationaux par la signature d’une facture, s’élevant à 40 millions d’ariary, après la fin des championnats.

De l’avis des présidents des fédérations sportives, si on leur donne le choix, ces mêmes présidents préfèrent largement que cette facture de 40 millions d’ariary sera donnée à eux en guise de subvention administrative pour payer les loyers des sièges des fédérations, ou les salaires des personnels administratifs (secrétaire etc…) qui font fonctionner la fédération. Mais, comme les fédérations sportives sont trop souvent pris à l’improviste dans la signature de cette facture faramineuse, touchée dit-on par la direction de TAFITA, dans  les taxes parafiscales sur les tabacs et alcool, pour payer les charges fixes de cet organisme de gestion des Fonds pour le sport, les présidents des fédérations dit-on préfèrent renoncer que de cautionner cette forme de corruption déguisée.

F.A.R

Lire aussi