La Gazette de la grande ile

Industrialisation : une étape à franchir

Publié le 14 octobre 2020

L’industrialisation est une étape à franchir si on veut espérer un jour atteindre le développement. Madagascar tarde pourtant à franchir le pas, c’est pourquoi le pays reste encore et toujours pauvre. Et oui, la pauvreté est de plus en plus flagrante dans le pays que cela devienne un atout pour les dirigeants pour réclamer de l’aide auprès des étrangers sans pour autant savoir comment les rembourser, que cela constitue des dettes lourdes à porter pour le pays. Le régime actuel entend faire de l’industrialisation le moteur de développement. Pour ce faire, des mesures seront prises pour faciliter l’implantation des industriels à Madagascar et promouvoir la création et la croissance des industries agroalimentaire, pharmaceutique, automobile… Raison pour laquelle certains voient d’un mauvais œil la fermeture des sociétés AAA de l’ancien président Marc Ravalomanana. Seulement, facilitation ne signifie guère que l’on peut se permettre de ne pas payer ses impôts ou quelque chose du genre. Effectivement, Marc Ravalomanana doit des milliards à l’Etat, c’est pourquoi l’Etat a dû prendre des mesures. L’ancien président se permet de dire de faire les comptes avec les dégâts de 2009, comme s’il y avait un rapport. Certes, la fermeture des sociétés AAA va à l’encontre de l’objectif de l’Etat qui est de viser l’industrialisation à grande échelle, mais il ne faut pas non plus tolérer l’intolérable. Comme le pays est mis à mal par la Covid-19, le pays a trouvé bon d’investir dans l’industrie pharmaceutique. D’où l’ouverture de l’usine Pharmalagasy, bâtie sur le site de l’ancienne usine de l’OFAFA qui a été fermée par Marc Ravalomanana. C’est là une étape franchie en vue de la lutte contre le coronavirus, mais aussi en vue de l’industrialisation. C’est donc faire d’une pierre deux coups.

Jean Riana

Lire aussi