La Gazette de la grande ile

Mentalité à changer : Liberté d’expression dans une République

Publié le 19 octobre 2020

Un professeur d’histoire géographie se fait décapiter quelque part là-bas en France par un jeune pour avoir présenté des caricatures de Mahomet durant son cours. Contrairement à ceux qui disent ” ça ne nous concerne pas, c’est en France ” ou pire ceux qui disent  ” bien fait pour lui”, nous nous indignons. Impossible d’être indifférent à la violence dont des jeunes  peuvent être l’auteur et ce n’est pas que quelque part là-bas, c’est aussi chez nous. On feint d’ignorer ces jeunes dont un a été arrêté récemment pour avoir commis des actes de pédophilie sur des plus jeunes que lui… preuve que la jeunesse est en perdition. On feint d’ignorer la mentalité de beaucoup de nos jeunes nourris à la haine sur les réseaux sociaux et le fanatisme auquel leurs parents les ont habitués. Aujourd’hui, chez nous dans certaines familles, les discussions à table tournent autour de Rajoelina, Ravalomanana et l’absence totale d’objectivité et de recul qui animent certains adultes. Impossible d’être indifférent  à l’insécurité dans laquelle se trouvent les enseignants qui transmettent un savoir, qui essaient de former la jeunesse avec des moyens dérisoires et qui se font insulter par les parents. Ces derniers sont très souvent démissionnaires et croient que du moment qu’ils envoient leurs enfants à l’école, qu’ils paient l’écolage, ils n’ont plus rien à faire si ce n’est attendre de voir en leur enfant un génie en puissance ! Impossible de faire semblant d’ignorer que cet enseignant est enseignant dans une école d’une République et dans les Républiques, la parole est libre. La liberté d’expression est la règle, la laïcité est le principe et un enseignant est là pour apprendre à ses élèves à avoir l’esprit critique. Un enseignant n’est pas là pour favoriser la pensée unique, un enseignant est là pour ouvrir l’esprit de ses élèves à la tolérance,  à la différence et à savoir argumenter pour défendre ses idées.  Impossible de se taire face à cet appel à la haine lancé par certains parents d’élèves sur les réseaux sociaux contre l’enseignant. Tout cela interpelle, car ce qui se passe à Conflans Sainte Honorine peut aussi se passer chez nous, toute proportion gardée. Les lynchages sur les ondes de radio privées d’avant sont aujourd’hui devenus des lynchages sur les réseaux sociaux. Le fanatisme et la pensée unique sont bel et bien là. Ceux qui se permettent de critiquer le régime actuel sont taxés d’ennemis de la Nation. La liberté d’expression est insupportable par certains barons actuels, ceux-là même qui auparavant, ne rataient rien aussi bien à la radio que sur les réseaux sociaux. Bien sûr, on ne peut guère comparer l’incomparable, mais penser qu’un enseignant d’histoire géographie puisse se faire décapiter, suite à ce qu’il dit en classe, devrait interpeller tout le monde et pas que les Français ou les habitants de Conflans Sainte Honorine… C’est ce qui arrive quand la radicalisation est là, quand on refuse la liberté d’expression, quand on est incapable de comprendre comment fonctionne une République et l’école de la République. Toute proportion gardée toujours, cette manie de faire une confusion condamnable entre un parti politique au pouvoir et la République, comme le fait de tout peindre en bleu, car le HVM est au pouvoir ou de tout peindre en orange, car le TGV est au pouvoir, fait partie de ces erreurs à ne pas commettre : personnaliser le pouvoir et confondre la République  à une personne. Il est temps de savoir prendre du recul et de bien comprendre comment doit être le fonctionnement d’une République.

La Rédaction

Lire aussi