La Gazette de la grande ile

CHRONIQUE  20 OCT 2020 / Covid-19 et gouvernance : Andry Rajoelina testé positif

Publié le 20 octobre 2020

Après cette dure épreuve des défis soulevés par la présence  néfaste du  coronavirus que le pouvoir en place  a  su maîtriser avec  brio  et un réalisme efficace. Les  faits et les  réalités  sont têtus. Même les observateurs les plus sceptiques ont dû reconnaître le  coup  de maître d’un jeune Chef  d’Etat  qui a  su  s’entourer  des  compétences  et des  éléments  crédibles pour mériter l’estime international avec un bilan  final  et les éloges des plus inattendus. En  tenant  compte des  efforts et de l’utilisation  des moyens mis à la  disposition des acteurs dans les  laboratoires et  sur le  terrain,  quoi  de plus  normal,  si  après la  réticence  et la méfiance du début de la  Situation  de l’Etat  d’Urgence Sanitaire au mois de mai 2020 un article de Manuel Marchal dans TEMOIGNAGES rapporte que le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur de l’OMS avait déclaré «Ce COVID est un problème mondial et la contribution de tous est très importante et le leadership est crucial, je vous apprécie beaucoup pour cela,(…) Et de préciser que « Madagascar a pris très tôt des mesures qui portent leurs fruits et vous continuez avec des mesures, en particulier la combinaison des packages comme vous faites est très importante. Mais comparé à la situation dans d’autres pays, vous vous en sortez très bien »

On se  calme maintenant ! Les  râleurs  de  service peuvent aboyer avec les  loups  d’une  certaines  classe politique  après Andry Rajoelina et son  équipe de gagnants. Les bandes de  frustrés  de l’élection présidentielle de 2018 rêve que pillages des  ressources  nationales  et combines  mafieuses au profit  de  copains coquins. Comment peuvent-ils  encore retourner la  situation en  faveur d’une campagne de  démolition qui peut plus  tromper personne ? Lors de la  récente communication  officielle périodique radiotélévisée, le principal promoteur qui a  osé  soutenir  contre  vents  et marées la découverte du Covid-Organics, ce remède d’une tisane mise  au point par  l’IMRA (Institut Malgache de Recherches Appliquées),  annonce la «fin de l’Etat d’Urgence Sanitaire» sans  oublier les mesures de prudence  qui  s’imposent. A propos justement de ce médicament  candidat à la  lutte mondial contre le  COVID619, la source citée avait précisé à l’époque  «Témoignages » a publié une lettre au peuple malgache signée par Gabriel Djankou, ancien haut-fonctionnaire de l’OIT à Madagascar. Revenant sur la polémique qui avait suivi la découverte à Madagascar d’un remède contre le coronavirus, il avait souligné ceci : « Peuple Malagasy. Tout n’a pas été parfait compte tenu de l’urgence. Mais la Planète entière sur les plans médical, scientifique et même médiatique est à tes pieds. » La journée de mercredi a confirmé cela, car elle a été marquée par un spectaculaire revirement de l’Organisation mondiale de la Santé. En effet, une visioconférence entre Andry Rajoelina, président de Madagascar, et le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur de l’OMS, a souligne que «désormais, l’OMS soutient le Covid-Organics et va l’étudier, avec un autre projet malgache de médicament injectable, en tant que médicament candidat au Solidarity Trial, projet mondial de recherche d’un vaccin au COVID-19. L’OMS s’engage à signer un accord de confidentialité pour garder secrète la formule du Covid-Organics, et va participer à Madagascar aux essais cliniques du futur médicament injectable… » Tout le monde se souvient  de l’époque héroïque où Andry  Rajoelina avait affirmé avec une  conviction «Nous avons utilisé de l’artémisia, ainsi que d’autres plantes médicinales malgaches. C’est notre médecine traditionnelle connue et reconnue pour ses effets. Actuellement nous proposons un troisième protocole, un essai clinique, associant deux médicaments injectables. Nous avons travaillé jour et nuit et échangé avec des professeurs et chercheurs dans l’océan Indien, et également avec des chercheurs et cliniciens aux États-Unis. Cette maladie n’a pas de frontière et renforce les liens d’amitié et de recherche dans le monde entier… » Actuellement les  résultats  sont là bien  visibles  et  tellement convainquant que selon toujours un article  de  TEMOIGNAGES.re  du 10 octobre 2020 «La représentante de l’ONU sur la Grande-Ile, Charlotte Ndiaye, a affiché une « convergence de vue » de l’OMS avec Andry Rajoelina, président de Madagascar, lors de l’inauguration de Pharmalagasy, une usine de médicaments, qui devrait produire en priorité le complément alimentaire CVO+, à base d’Artemisia, selon une note transmise à APA, vendredi… » Parce  que « le malentendu est  résolu » à partir  d’un effectif  de « 80 personnes pour produire 32 millions  de gélules par  jour » même si les relations entre l’OMS et Andry Rajoelina ont pu être tumultueuses au plus fort de la pandémie en avril dernier, il semble que les désaccords ont été résolus autour de l’inauguration de cette usine qui matérialise une réponse à la pandémie de Covid-19.
Mme Charlotte Ndiaye a toutefois assuré que « l’OMS est aux côtés de Madagascar dans la lutte contre cette pandémie ». Et la source  réunionnaise de confirmer «La pandémie a ostensiblement mis en valeur la forte dépendance de l’Afrique à ses fournisseurs internationaux de médicaments.
Une prise de conscience qui a également mis les pays africains face aux coûts logistiques particulièrement hauts de leurs importations pharmaceutiques. Avec l’inauguration de Pharmalagasy, Madagascar veut se positionner comme un précurseur, avec le soutien de l’OMS dans : « des initiatives qui sont capitales pour favoriser la naissance d’une industrie pharmaceutique solide ».
Dans son discours Charlotte Ndiaye a salué une « dynamique de renouveau » en insistant sur la « technicité » de l’usine Pharmalagasy. Cette dernière a été d’ailleurs conçue selon les normes internationales GMP/FDA en vigueur. Preuve  a  été  faite donc que  de telles  réalisations approuvées par  des  voies  autorisées ne peuvent  avoir lieu qu’avec à la  base un régime de bonne  gouvernance. Pour lever toutes ambigüités et  battre  en  brèche les insinuations malveillantes des détracteurs patentés incités par  les  deux  grands perdants de l’histoire  récente  de  ce pays les  titres  à la Une des médias locaux sont unanimes pour  affirmer que la plus  haute institution juridique  de Madagascar  avait purement  et  simplement débouté «le Sénat et le  KMF/CNOE. »  Les  juges  d’Ambohidahy ont jugé « infondées les  trois  requêtes déposées par le  Bureau permanent du  Sénat » et ce machin souvent manipulé comme  toujours à  des  fins tactiques et  de basse politique surtout  aux  approches  des  consultations  électorales. Une  fois  de plus le  niveau douteux de l’équipe  juridique  de  Rivo Rakotovao  a montré  ses limites.

Lire aussi