La Gazette de la grande ile

Ecosystème : Il n’y a point d’équilibre !

Publié le 22 octobre 2020

Madagascar est doté de richesses naturelles incommensurables à sa disposition, mais sa population ne sait pas les exploiter convenablement. La population malgache vit au jour le jour sans penser qu’à force de prendre encore et encore sans penser à compenser, les richesses du pays finiront par s’épuiser. C’est pourtant ce qui se passe avec les espaces forestiers qui s’amoindrissent à vue d’œil  car des exploitations à outrance s’y opèrent tant dans le secteur formel qu’illicitement. Pour pouvoir assurer une gestion durable des forêts de la Grande Ile on doit sérieusement penser à chercher d’autres combustibles susceptibles de remplacer le charbon de bois qui comme on le sait, est essentiel pour la majorité de la population. Il faut dire que cette source d’énergie, facilement accessible financièrement à toutes les classes de la population est la plus utilisée par tous. Plus de 90% de l’énergie quotidienne utilisée à Madagascar vient du charbon de bois. La production de charbon n’est pourtant pas sans conséquence pour l’environnement, car des milliers d’hectares de forêts y passent par an sans qu’il n’y ait compensation. On s’étonne que le pays soit de plus en plus dénudé avec le temps passant d’île verte à île rouge. Tout ça pour dire qu’il n’y a point d’équilibre dans l’écosystème. Mise à part la déforestation dans le milieu terrestre, il y a également le milieu marin qui connaît un problème majeur dont la pollution marine avec les déchets en plastique en tous genres qui finissent dans la mer. Et la mer tend à devenir un véritable dépotoir. De la plage à la mer on trouve diverses saletés ce qui ne nuit pas seulement au tourisme, mais aussi aux activités des pêcheurs qui, au lieu d’avoir des poissons dans leurs filets, attrapent des déchets. Il est clair que l’équilibre de l’écosystème marin en pâtit et qu’il faut en prendre compte. Il faut dire que Madagascar dispose de faibles moyens pour lutter contre la pollution marine alors que les impacts sont énormes que ce soit sur la santé ou sur l’économie.

Jean Riana

 

Lire aussi