La Gazette de la grande ile

Antananarivo : Petite histoire du Rova de Manjakamiadana

Publié le 07 novembre 2020

6 novembre 1995 – 6 novembre 2020. Cela fait 25 ans que le Rova de Manjakamiadana et le Palais de la Reine avec, ont été incendiés de manière criminelle. Et jusqu’à présent, aucun coupable réel n’a été puni…

Le Rova de Manjakamiadana est situé à 1463 m d’altitude, sur la plus haute colline d’Antananarivo, Analamanga (Forêt bleue), position stratégique pour avoir une vue imprenable sur toute la ville.

La grande porte à l’entrée, située au nord, a été construite en forme d’arc de triomphe par James Cameron en 1845. Elle est majestueusement surmontée d’un faucon noir royal, Voromahery en langue malagasy. Une enceinte de palissade de rondins de bois pointus, recouverte de briques sous les ordres de Gallieni en 1897, ferme ce lieu hautement historique. Le Rova était constitué d’un ensemble de bâtiments, dont cinq palais, un temple et neuf tombeaux.

C’était la résidence royale depuis le XVIIème siècle, et le centre du gouvernement malgache de 1794 à 1895. Plusieurs bâtiments ont été érigés dans le grand domaine. «Manjakamiadana» est le palais principal du Rova. La première construction a été entièrement en bois en 1839, lors du règne de RANAVALONA I, avec Jean Laborde pour architecte. La poutre maîtresse du palais mesurait 39 mètres. Et 5.000 hommes étaient nécessaire pour la transporter de la jungle de la côte est pour Analamanga.

En 1868, la reine RANAVALONA II décida de fortifier le palais en le couvrant de pierres dont a eu la charge l’anglais James Cameron.

Dans l’enceinte du palais se dressent les Tranomanara et Tranovola.

Le Tranomanara est le tombeau royal.

Le roi RADAMA I fut le premier à s’y reposer, suivi de la reine RASOHERINA.

En 1897, la dépouille mortelle du roi ANDRIANAMPOINIMERINA y été transférée de son tombeau d’Ambohimanga pour y rejoindre celles du roi RADAMA II, des reines RANAVALONA I et RANAVALONA II.

La dépouille mortelle de la reine RANAVALONA III était la dernière à y intégrer en 1938, après sa déportation d’Alger.

Le Tranovola était la résidence du roi RADAMA II.

Autres noms du Rova de Manjakamiadana : Anatirova, Palais de la Reine

6 novembre 2015. Toujours dans ce volet historique, c’est ce jour-là, il y a 5 ans aujourd’hui, qu’a eu lieu, à Manjakamiadana même, la remise d’une documentation photographique de tableaux du patrimoine culturel national de Madagascar qui se trouvaient dans le Palais lors de l’incendie de 1995. Voici, pour cette occasion, le discours de l’Ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne de l’époque, Harald Gehrig

Excellence Monsieur le Président de la République de Madagascar,

Madame,

Madame la Ministre de la Culture,

Excellences,

Honorables invités,

Tout d’abord,

J’ai l’honneur et le plaisir, Monsieur le Président, de vous exprimer mes vifs remerciements de votre haute présence en ce jour particulier -votre anniversaire- pour lequel je vous adresse mes vœux, nos vœux très chaleureux.

Pour une autre raison, c’est une journée particulière :

Aujourd’hui, 20 ans après l’incendie du Rova Manjakamiadana, pour la première fois et dorénavant, on peut admirer une partie des tableaux qui étaient détruits.

Les voici devant vos yeux.

Certes, ce ne sont pas les originaux, ce sont des images reproduites à la base de photographies -photographies qui ont été réalisées par l’Experte allemande, Madame Erika Rothgangel, après la finalisation de la restauration des images mandatée par les gouverments allemand et malgache de l’époque.

Entre 1987 et 1994, ce fut une grande tâche, l’œuvre de sa vie ; avec ces photographies, elle a su sauvegarder les motifs pour la Génération future.

Madame Rothgangel est aujourd’hui parmi nous. Je me réjouis que, à votre âge, honorable Madame Rothgangel, vous avez entrepris le long voyage de Munich à Antananarivo et je me permets de vous souhaiter la bienvenue.

Il y a une troisième raison pour laquelle cette journée est exceptionnelle.

Par votre présence, Monsieur le Président, honorables Ministres, Excellences, chers invités, vous démontrez visiblement pour tous, l’importance que vous accordez à la culture et au patrimoine culturel national de Madagascar.

Le Rova Manjakamiadana, même s’il n’est plus l’original, demeure un patrimoine, de même que les motifs et les images, eux aussi, restent un patrimoine. Ils nous montrent et symbolisent la beauté, l’impressionnant et, parfois la douleur que vos aïeux et aïeules ont créés et pour lesquels ils se sont dévoués avec passion. Le patrimoine culturel national est une part de notre propre identité grâce auquel, comme un reflet dans un miroir. Nous pouvons revivre le passé préservé sous une forme artistique.

Nous avons tous besoin de notre « propre » patrimoine, afin de comprendre le présent et de construire l’avenir. De même, la connaissance et la réflexion sur notre culture et notre passé préservés dans le patrimoine, sont importantes.

En fait, il n’y a pas un « seul unique » patrimoine ou une « seule unique » culture qui mérite la préférence ou qui soit supérieure à une autre. C’est la diversité dans laquelle le talent créatif et l’œuvre créative d’un pays se reflètent et qui doit être préservée et sauvegardée.

Je sais de quoi je parle : l’Allemagne, dans le passé, a causé une destruction immense. Aujourd’hui, l’Allemagne s’engage, à l’échelle mondiale, pour l’inverse : sauvegarder, préserver et protéger.

Laissez-nous partager et montrer à tous les Malgaches ce qui a pu être établi et sauvegardé de leur patrimoine si beau et extraordinaire.

Monsieur le Président,

Madame la Ministre de la Culture,

C’est un grand plaisir de vous remettre pour Madagascar, la documentation des tableaux qui se trouvaient dans le Rova Manjakamiadana, au moment de l’incendie. Nous vous remettons également les belles images déjà exposées ici, c’est-à-dire les impressions sur toile des originaux de photographies et les reproductions en peinture à l’huile d’images encore existantes./.

Pour rappel, Erika Rothgangel est une documentaliste allemande. Elle a restauré une quarantaine de fresques et de tableaux malagasy durant plus d’une décennie. Pour ce travail gigantesque, Erika Rothgangal a été élevée au grade de Chevalier de l’Ordre National de Madagascar. Rappelons que Frau Rothgangel, dans l’œuvre de sa vie (dixit l’Ambassadeur Harald Gehrig) a collaboré avec des artistes peintres malagasy, dont Randrianimanana alias Dada Samy et Ramanantsoa ainsi que les regrettés Jean Marie et Patrice.

Jeannot Ramambazafy

Lire aussi