La Gazette de la grande ile

Suspension de l’octroi de permis minier : La Chambre des Mines de Madagascar lance un appel

Publié le 14 novembre 2020

Le secteur minier est en détresse. La suspension de l’octroi des permis miniers intervenue en 2011 a créé de problèmes majeurs pour les opérateurs concernés, lesquels n’ont pas pu travailler depuis tout ce temps. Cette suspension avait été décidée pour que les autorités étatiques procèdent à l’élaboration d’un nouveau code minier, ce qui est loin d’être terminé malgré la mise en place du comité de réflexion et de conception de ce texte. Maintenant, la Chambre des mines de Madagascar (CMM) regroupant les opérateurs miniers, réclament la réouverture de l’octroi des permis miniers, au moins du permis d’exploitation et de recherche en attendant la promulguation du nouveau code minier. Selon Rija Raherimandimby, membre du conseil d’administration de la CMM et non moins opérateur, ils ne sont pas contre l’amélioration, seulement celle-ci devrait se faire par étape. La suspension des recherches et des exploitations augmente les trafics des richesses minières. Une situation qui a eu de nombreuses conséquences telles que la dégradation de l’environnement, la fuite des investisseurs et le manque à gagner pour la caisse de l’Etat, a-t-il poursuivi. Chaque année, 15 tonnes d’or sortent illégalement du territoire malgache, une statistique récemment soulevée par Transparency International. A qui profite alors cette suspension de l’octroi de permis minier ? Pourquoi le ministre des Mines et des Ressources Stratégiques en personne, Fidiniavo Ravokatra ne prend t-il pas des mesures adéquates afin de sauver ce secteur, lequel est en difficulté depuis une décennie ? En attendant l’issue du processus d’élaboration du nouveau code minier, la CMM demande à ce que l’Etat les autorise à travailler.

Mampionona

Lire aussi